PREMIER RECUEIL - Disciples Amoureux Missionnaires
56. A Mr Vincenzo Messaina, reclus dans la maison d’arrêt de Favignana, Trapani
Fiat
Très cher frère en Jésus-Christ,
J’ai beaucoup apprécié Votre demande du livre de la Reine du Ciel, en pensant qu’en prison aussi la Maman Céleste vient rendre sa visite pour être votre Mère, votre Maîtresse, votre consolatrice et aussi pour vous donner sa douce compagnie, pour vous enseigner à vivre de la Divine Volonté et à former aussi dans la prison le Règne du Divin Vouloir.
Donc, mon frère, courage, confiance, vous avez une Maman Céleste qui vous aime beaucoup, qui ne vous lâchera jamais et si vous l’écoutez, elle fera de la prison un sanctuaire. Et si la faiblesse humaine vous a conduit en prison, la Reine Souveraine vient avec la force de la Divine Volonté pour vous conduire au Ciel et vous rendre les jours moins tristes ; au contraire, elle vous changera les peines, les privations, la solitude en des rescrits et conquêtes éternelles. Elle vous fera sentir la paix que dans le monde on ne jouit même pas. La Divine Volonté vous transformera et vous sentirez la vie nouvelle portée par la Céleste Dame.
Sachez que je suis votre sœur en prison. Depuis plus de cinquante ans, le Fiat Suprême m’a emprisonnée dans un lit. Malgré cela, je suis contente, je suis heureuse ; mais qui me rend heureuse ? La Divine Volonté, que je cherche toujours à faire. Vous aussi vous pouvez être heureux, si vous faites la Divine Volonté. Oh, comme Elle changera vos amertumes ! Vous sentirez une vraie force divine, qui facilitera votre état pénible.
N’abandonnez jamais le Rosaire de la Céleste Mère, et , si vous pouvez, faites-vous missionnaire dans les prisons, en faisant savoir que la Reine du Ciel veut faire sa visite à tous les prisonniers, pour leur donner le don de la Divine Volonté. Si vous avez besoin d’une autre copie et que vous ne pouvez pas la payer, je suis disposée à vous l’envoyer gratis.
Je vous laisse sous le manteau de la Céleste Mère pour écouter ses leçons du Ciel, et avec mille hommages, je me dis
Très affectueusement votre sœur,
La petite fille de la Divine Volonté
57. A Mère Cecilia, Oria
In Voluntate Dei !
Ma bonne et Révérende Mère,
Je réponds à votre très chère lettre. Quelle belle surprise de vous entendre dire que la paix et la soumission règnent dans votre communauté ! S’il y a la paix, il y a Dieu. Ses enfants sont comme pétris dans la paix ; donc ce sont des personnes agréables, porteurs de paix. Leurs paroles, leurs façons de faire ne sont jamais brusques, mordantes, mais embaumées du baume de la paix, adoucissant les cœurs les plus amers , tant , que les inquiets se sentent humiliés et confus devant une âme pacifique. La paix, ma Mère, est le signe du règne de la Divine Volonté, ou comme vie ou au moins comme vertu. Quand le Vouloir Divin veut régner dans l’âme, Il envoie d’abord son message de paix. Donc beaucoup de fois, c’est fermer les yeux à des petites bagatelles, à des petites inerties et bricoles, pour ne pas perdre la paix, ni le temps. Ainsi le Fiat Divin se forme un chemin dans notre âme ; il forme son trône, sa vie, et étend son domaine. Oh, Comme j’aimerais que ma Mère éloignée me donne ce contentement, qu’elle soit un seul acte de la Divine Volonté et porteuse de la Divine Volonté à toutes ses filles… Le sacrifice de vous tenir éloignée et d’être privée de vous,  me serait moins amer, en pensant que ma Mère est en mission pour faire connaître la Divine Volonté. Et moi d’ici je prie, je l’accompagne et je suis de garde, pour voir les fruits de cette mission céleste. Donc, quand vos lettres touchent le sujet du Fiat, je saute de joie dans mon cœur et je dis : « Elle est éloignée, mais au moins elle servira la Divine Volonté »
Venons-en à nous maintenant, je vous ai envoyé 23 adresses ; je crois que vous les avez reçues et qu’aussi, vous les avez expédiées. Je vous ai envoyé aussi les recensions pour en faire la propagande ; si vous en voulez d’autres, je vous les enverrai.
Ecoutez, ma Mère, je veux vous apprendre une sainte astuce: pour chaque « Appel de la Reine du Ciel » et pour chaque livre que vous expédiez, dites à la Céleste Dame que vous l’engagez à vous donner le grand don de la Divine Volonté. Ainsi, chaque « Appel », chaque livre, sera un gage de plus que vous mettrez dans ses mains maternelles, non seulement pour vous, mais aussi pour celui à qui est dirigé le livre et l’Appel. La Reine Souveraine se sentira liée et comme obligée en voyant tant de gages dans ses mains , elle vous donnera ce qu’Elle-même veut vous donner : La Divine Volonté comme vie.
(….) Toute la communauté vous présente ses respects, D. Benedetto vous bénit de tout cœur et moi, vous laissant dans le Vouloir Divin, je vous baise la main droite et je me dis très affectueusement vôtre.,
  La petite fille de la Divine Volonté