PREMIER RECUEIL - Disciples Amoureux Missionnaires
121.
Ma bonne fille,
Je vous prie de vivre toujours dans le Vouloir Divin ; je prie Jésus qu’Il Le scelle dans votre esprit, sur vos lèvres, dans votre battement de cœur, dans le mouvement de vos mains, jusque dans votre respiration. Ce Fiat veut être le premier acte de tous nos actes qu’ils soient naturels ou spirituels et quand nous L’appelons même dans nos petits actes, Il se sent reconnu par la créature, Il est en fête et délirant d’amour Il dit : « La créature M’a appelé, elle M’a donné la première place, de sorte que Je peux mettre dans ses actes ma Sainteté, mon Amour, ma Ressemblance ». Et Il veut donner aussi sa Beauté et sa Sagesse… Il veut y mettre du sien, mais veut être appelé. Si on L’appelle, Il se fait connaître ; si on Le connait, Il se fait posséder et aimer. Donc, sois attentive, ma fille : quand le cher Jésus veut donner, Il demande à préparer la place dans nos cœurs où mettre ses dons, sa lumière, ses grâces.
Je termine en vous laissant dans le Vouloir Divin, sur les genoux paternels de Dieu, pour recevoir sa Vie, sa ressemblance continuelle, de manière à pouvoir dire : « Je suis en train de copier Jésus ».
En vous enfermant dans le Cœur de Jésus, je me dis très affectueusement vôtre,
La petite fille de la Divine Volonté.
122.
(…) Pour posséder un bien il faut le connaître. La connaissance pousse à aimer, apprécier le bien possédé ; elle nous fait renaître dans le bien connu ; elle nous donne la ressemblance avec Dieu. Ainsi à chaque nouvel acte accompli dans la Divine Volonté, nous recevons un accroissement de ressemblance avec Dieu. Jésus nous aime tant qu’Il nous dote de son Amour, de sa Sainteté, de sa Lumière et d’une paix perpétuelle et qu’Il nous déclare ses fils légitimes.
Donc, prions et en toutes choses, petites ou grandes, spirituelles ou naturelles, ne laissons jamais la Divine Volonté nous échapper parce que tout est de Dieu et qu’il est juste qu’en tout nous reconnaissions la Divine Volonté comme agissant en premier. (…)
Ma bonne Dame, (…) si nous faisons la Divine Volonté, Il nous porte dans ses bras. Il descend Lui-même dans tous nos actes pour y mettre sa Sainteté, son Amour, sa Force, sa Lumière. Il se fait notre refuge et notre vie. Ainsi nous n’avons rien à craindre. (…)
123.
Ma bonne fille dans le Vouloir Divin,
Je vous recommande de ne jamais sortir de la Divine Volonté. Vivez toujours dans ses bras maternels, comme une enfant dans les bras de sa mère. Vos souffrances, mettez-les dans ses mains maternelles afin qu’Elle s’en serve pour vous rendre sainte et pour faire du bien à toutes les créatures. Comme vous vous serez heureuse de penser que vos peines servent à sauver les âmes, à consoler Jésus, à embrasser ses plaies, à Lui dire que vous L’aimez ! Dans chaque peine que vous souffrez, dites à Jésus qu’Il vous apporte son Amour. Aimez-Le toujours et Jésus restera blessé par votre amour et vous aimera davantage…A chaque peine que vous souffrez… pensez que c’est un « JE T’AIME », un baiser, une manifestation de tendresse, une étreinte que vous envoie Jésus ; ainsi vous sentirez la force dans la souffrance, la joie qu’apportent les peines souffertes pour Jésus. Que la Divine Volonté soit votre habitation, votre nourriture, votre vie. Ayez sans cesse ces mots à la bouche: « Je veux faire ta Volonté et vivre en Elle » Ainsi, vous sentirez que vous êtes fortifiée et que les peines dont vous souffrez se sont adoucies.
Je vous laisse dans le Vouloir Divin pour devenir sainte(…)
Corato, 13-11-1943