PREMIER RECUEIL - Disciples Amoureux Missionnaires
50. A la Mère Générale des filles du Divin Zèle
J.M.J.
Fiat- In Voluntate Dei !
Ma bonne et révérende Mère générale,
C’est le jour sacré de l’Ascension, dont vous portez le nom, et je sens le devoir, bien que je sois la dernière de toutes, de vous envoyer mes souhaits sincères et affectueux. Mais quel souhait vous faire ? Je ne saurai vous souhaiter autre chose que le cher Jésus, au nom qu’Il vous a donné, fasse correspondre les faits, c’est-à-dire que chacun de vos actes, Il le prenne en Lui et le porte au Ciel, en faisant ainsi de toute votre vie une Ascension continuelle, comme tant de conquêtes que le doux Jésus porte de la terre au Ciel, comme triomphe et victoire de son Amour, dans lequel doit se consumer votre vie. Vivre pour se consumer dans l’Amour est l’acte le plus beau, qui, en nous mettant sur le bûcher de l’Amour, nous consume avec Jésus et fait surgir sa Vie en nous.
Mais ceci ne suffit pas. Mère très chère, si je ne fais pas agir mon Fiat Divin. Donc de tout cœur je vous l’envoie et le prie de prononcer dans le centre de votre âme son Fiat tout-Puissant et de vous créer sa Vie, la fasse grandir, l’alimente, qu’il vous porte toujours dans ses bras de lumière et que de chacune de vos actions faites, Il prononce son Fiat et vous forme son Ciel, les étoiles plus belles, le soleil plus éclatant, pour former la pièce la plus ornée où règne et se forme son premier Règne.
Ma Mère, celui qui vit dans le Divin Vouloir donne beaucoup à faire ; Il ne laisse s’enfuir aucun de nos actes pour l’animer, le façonner, il l’investit, le caresse avec sa Vertu Créatrice. Et c’est le plus beau souhait que je peux vous envoyer et je veux que vous l’acceptiez, pour faire que le Vouloir Divin puisse accomplir le souhait que de tout cœur je vous envoie. Je me recommande beaucoup à vos prières…
Luisa Piccarreta
51. A une religieuse
Révérende Supérieure,
Je vous assure de mes pauvres prières, mais ce qui doit vous tenir à cœur c’est de faire la Divine Volonté et la connaître dans toutes les circonstances de la vie, qui vient à nous comme porteuse de sainteté. La sainteté ne se forme pas en jouant, mais en opérant, en souffrant, en aimant. Le premier acte doit être de vouloir faire et vivre de Volonté Divine… Elle nous donnera la force, la paix si nécessaire pour bien accomplir l’office dans lequel Dieu nous a mis. Les mortifications, les contradictions, les croix viennent (à nous) voilées et ne nous font pas connaître le bien qu’elles contiennent. Mais la paix enlève le voile et nous fait connaître le doigt de Dieu dans les peines, les belles conquêtes que nous pouvons faire, la sainteté que nous pouvons acquérir. En un mot, le Divin Vouloir qui vient à nous pour nous dire : « Avec cette peine je veux te faire sainte ».
Dans ce but je profite de l’occasion pour vous envoyer les recensions de « l’Horloge »…
Je me recommande à vos prières et, en vous laissant dans la mer du Divin Vouloir, où vous trouverez toutes les aides dont vous avez besoin, avec mes hommages cordiaux, je me dis vôtre très dévouée..,
La petite fille de la Divine Volonté
52. J.M.J.
Fiat in Voluntate Dei !
Ma bonne fille dans le Vouloir Divin…
Remercions de tout cœur le Seigneur et la Reine Céleste, qui vous a consolée. Donc il ne faut jamais se décourager, ni perdre la paix quand nous ne nous voyons pas tout de suite exhaussés. Quand il y a la prière, l’heure du Seigneur viendra et nous donnera plus de ce que nous voulons. De notre part nous devons toujours être à notre place, faire toujours la D. Volonté, parce qu’elle est le plus grand des miracles, et le Seigneur s’en occupera et en prendra soin, mieux que ce que nous pouvons faire par nous-mêmes. Si nous faisons toujours la Divine Volonté, notre nom sera inscrit au Ciel. Notre salut et notre sainteté seront assurés. Jésus sera tout à nous, et que ne nous donnera-t-il pas ? Tout. Donc, pensez à devenir sainte et le reste viendra tout seul.
Merci de vos attentions. Saluez-moi beaucoup les Tantalo dont je me souviens avec affection et gratitude ; si vous y arrivez, dites-leur qu’ils se souviennent de rappeler à la sœur qui est à Barletta ce que je lui ai dit de vive voix. Je me recommande à vos prières et vous laissant dans le Vouloir Divin pour devenir sainte, où j’espère vous vous trouvez toujours. Saluez-moi Angelina de Corato. Affectueusement vôtre.
La petite étincelle de la Divine Volonté
P.S. Je ferai au plus tôt les 4 applications.
Corato, 5-7-1931