PREMIER RECUEIL - Disciples Amoureux Missionnaires
31. A Madame Mazari , Bari
In Voluntate Dei !

Ma bonne fille dans le Vouloir Divin,

Que le Ciel vous récompense des sacrifices que vous faites et aussi pour divulguer le livre de la Reine du Ciel. Il me semble que la Maman Céleste n’arrête pas de vous dire « merci, merci, ma fille » et vous prépare d’autres grâces, spécialement la grande grâce de vous faire faire toujours la Volonté de son cher Fils, laquelle est porteuse de paix, de grâces, d’union familiale et même d’aides temporaires.

Ma fille, en faisant la Divine Volonté nous devenons les vrais fils de la grande Dame et nous nous transformons en tabernacles, où Jésus forme sa demeure, et alors tout ce que nous faisons est sacré, tout est prière, même les choses les plus indifférentes. Les choses naturelles elles- même, nécessaires à la vie, en faisant la Divine Volonté, se transforment en prière, en adoration, en amour envers notre doux Jésus, parce qu’en faisant sa Volonté, tout ce que nous faisons est saint, tout est amour, et ainsi notre être le devient.

Maintenant, de tout ce que vous me dites de votre fils, selon mon humble avis, il me semble qu’il est trop jeune encore ; laissez le mûrir et il apprendra à vivre. Le mariage est une croix et le mettre en croix si jeune ne me semble pas juste. Vous savez que tout est écrit au Ciel ; donc, si cela a été établi par Dieu, en son temps, N. Seigneur gardera la jeune fille pour votre fils. Et puis, ce que vous devez avoir toujours à l’œil, si ce sont des familles pacifiques, parce que c’est la paix qui constitue le bonheur de la famille, et non pas l’argent ; Combien de riches sont malheureux, parce que la paix ne règne pas dans la famille. Donc, soyez attentive à cela ; et puis, quand la femme apporte davantage que l’homme, elle veut se rendre supérieure à l’homme et en faire un pauvre esclave… Pour le reste, faites ce que bon vous semble.

Je vous assure les prières de votre bonne maman, vraie martyr. Peut-être que le Seigneur lui fera faire son purgatoire en vie. Oh, si vous pouviez la prendre avec vous, quelles bénédictions vous vous attireriez ? Faites-leur savoir qu’il existe des malédictions du Seigneur pour qui n’estime pas ni aime ses parents.

Je me recommande à vos prières, et moi, de tout cœur, je le ferai pour vous. Je n’oublierai jamais ce que vous faites pour la chère Maman Céleste. Et vous laissant dans le Vouloir Divin, afin qu’Il vous protège, vous aide et vous assiste, avec mille respects je me dis,

La petite fille de la Divine Volonté