PREMIER RECUEIL - Disciples Amoureux Missionnaires
109. A Madame A. Savorani, Faenza
In Voluntate Dei !
Ma bonne fille dans le Vouloir Divin,
Ce que je vous recommande, c’est que le Divin Vouloir soit votre vie, votre respiration, le battement de votre cœur, votre mouvement continuel : c’est le plus grand miracle que le Seigneur puisse faire pour vous et la sainteté la plus haute que nous puissions atteindre. Chaque fois que nous vivons du Vouloir Divin, nous acquérons des liens éternels et nous nous lions à la Famille Divine. Nous avons tous les droits, divins et humains. Puisque tout est dans la Divine Volonté, alors tout est à nous. Donc imaginez que je suis avec le Vouloir Divin en train de vous dire à l’oreille : « Ma fille, vis toujours dans le Vouloir Divin ».
Je me suis toujours souvenue qu’entre toutes, vous aviez un intérêt spécial à connaître et à faire connaître la Divine Volonté (Quand nous voulons La connaître, nous formons le germe de la Divine Volonté), et un lien demeurait entre vous et moi. Donc, continuez votre mission, je vous en prie, ne reculez pas, et en toute chose, rencontrez le Vouloir Divin. Oh, combien Il soupire après cette rencontre, Lui… ! au point d’en pleurer et de nous supplier de Le recevoir dans tous nos actes. Quand Il est reçu, Il est en joie et établit une nouvelle fête dans tout le Ciel en voyant qu’une créature veut faire sa Divine Volonté.
Merci pour votre affection. Je prierai pour votre frère, et vous, priez pour moi, j’en ai tant besoin. En vous laissant au centre de la mer du Vouloir Divin afin que vous ne puissiez plus en sortir, je me dis
La petite fille de la Divine Volonté
Corato, 22-1-1942
110. A Federico Abresch
In Voluntate Dei !
Très cher fils dans le Divin Vouloir,
(…) Ce que vous me dites me semble bon et le Seigneur même s’en félicite parce que ceux qui aujourd’hui aiment vivre dans le Vouloir Divin et Le connaître en forment le germe, conçoivent et (peut-être) même vont jusqu’à faire naître ce Vouloir Divin dans leur âme, avec le but aussi d’en susciter la conception chez les autres créatures. D’ailleurs, s’Il ne s’étend pas, comment peut-Il renaître dans les autres ?
Vous devez savoir que la sainteté de la vie dans le Vouloir Divin n’est autre qu’un accouchement de la Sainteté Divine dans les créatures. C’est le miracle le plus grand qui puisse être fait dans la créature, le miracle de pouvoir tout donner à Dieu, de pouvoir L’aimer pour tous, même pour ceux qui n’existent pas encore, et de pouvoir tout recevoir de Dieu. En effet, en trouvant en nous sa SS. Volonté, Il trouve un endroit pour mettre sa Sainteté, sa Bonté, sa Beauté, ses grâces et même son action divine. Donc, Il peut former sa propre Génération divine dans tous nos actes. Oh, Comme Dieu est glorifié et aimé quand Il voit que dans nos petits actes, même la respiration, le mouvement, les pas, sa Vie Divine est générée !
Donc, la sainteté de la vie dans le Vouloir Divin est symbolisée par le Soleil qui fait du bien à tous, se donne à tous, ne se refuse à personne. Et alors qu’il tient la terre comme dans son sein (donnant à chaque plante, à l’une la couleur, à l’autre la douceur, à l’autre encore le parfum, toutes sortes de dons différents les uns des autres), cependant, bien qu’il fasse beaucoup de bien, le Soleil ne dit jamais un mot, il nous laisse piétiner sa lumière sous nos pas, il nous suit partout, et toute la gloire et l’honneur sont pour Dieu qui l’a fait Soleil. Telle est l’âme qui vit dans le Vouloir Divin, dont le Seigneur se sert pour faire du bien à tous, et dont Il reçoit gloire et honneur, comme si tous L’aimaient.
C’est pourquoi, Il désire beaucoup que la vie dans le Vouloir Divin soit connue, pour former sur la terre sa Génération divine afin qu’Il puisse s’étendre davantage grâce à ses créatures aimées. Il ressent un besoin très vif : Il veut aimer et être aimé. Mais Il ne trouve pas sa Volonté, son Amour est contrecarré et Il ne peut donner ni recevoir ce qu’Il veut…Aussi, le Vouloir Divin dispose dans l’âme de telles surprises que les Cieux s’en étonnent et que les Anges restent bouche bée en voyant notre Créateur enfermé dans notre petit acte.
Fils bien-aimé, je vous le recommande, ne sortez jamais de l’intérieur du Vouloir Divin. Je me recommande à vos prières et en vous laissant lié à la Famille Divine pour faire vie commune avec Eux, je vous salue de tout cœur, très affectueusement Vôtre,
La petite fille de la Divine Volonté
Corato, 2-1-1942
111 . A un prêtre
J.M.J.
Fiat !
Très Révérend Père,
Il est de mon devoir de vous offrir mes souhaits pour votre fête, mais le plus beau le voici : je vous envoie le Vouloir Divin comme porteur de Sainteté divine, de lumière, d’amour et de paix afin qu’Il vous jette dans sa mer et vous cache dans sa lumière, de sorte que vous n’ayez plus envie d’autre chose que de la Divine Volonté et que vous ne voyiez qu’Elle. Que toute votre vie se transforme tellement en Elle que vous sentiez plus sa Vie que la vôtre. Comme vous serez heureux ! Vous sentirez une Force Créatrice dans toutes vos obligations naturelles comme dans le bien que vous voudrez faire aux âmes…Dans le Vouloir Divin vous sentirez que ce n’est pas vous qui parlez, agissez, marchez, aimez mais c’est Jésus qui parle, agit, marche et aime. En fait, Il est soucieux (littéralement : jaloux) de guider Lui-même nos actes, Il veut tout faire Lui-même et pour cela Il met à notre disposition sa propre Volonté. Bonté de Dieu, comme tu es aimable, grande et puissante !
Père saint, je crois que vous apprécierez ce souhait, je vous l’envoie de tout cœur, et que vous prierez pour moi afin que je ne sorte jamais de la Divine Volonté, parce qu’Elle est mon unique refuge, mon aide, le soutien de mes peines…D’ailleurs je me sens heureuse que tous se soient éloignés, même vous. Et seule m’est restée la Divine Volonté qui, j’espère, me portera rapidement au Ciel dans ses bras.
Je renouvelle mon vœu et, vous laissant au centre de la mer du Fiat, en vous baisant la main droite à genoux, j’implore votre bénédiction paternelle.
La petite fille de la Divine Volonté
Corato, mars 1942