PREMIER RECUEIL - Disciples Amoureux Missionnaires
100. A Francesca
In Voluntate Dei
Très estimée Francesca,
Je ne sais comment vous remercier de votre bonté et de votre charité envers moi, la plus pauvre des créatures. Que le Ciel vous récompense et que la Maman Reine vous prenne dans ses bras pour vous garder et vous rendre bonne et sainte, comme le doux Jésus le veut !
Ma bonne fille, il faut mourir à tout pour renaître à tous les biens et à la vraie sainteté ; mais il est doux aussi de pouvoir dire : « O mon Jésus, Tu es crucifié et je suis crucifiée. Tu es calomnié, méprisé, abandonné de tous, et je suis calomniée, méprisée, abandonnée de tous. Ainsi, ô Jésus, nous sommes semblables tous les deux ! »
Vous avez raison dans ce que vous me dites, et je rajoute : ce qui doit vous tenir à cœur, c’est de vivre perdue dans la SS. Volonté. Dans chacun de nos actes même naturels, faits dans le Vouloir Divin, dans les plus petites choses, même dans une respiration, nous pouvons former un martyr , pas humain mais divin, plus noble, plus saint que le martyr de sang, pour l’offrir à Jésus — Lequel verra dans notre petit acte sa SS. Volonté opérante, son Amour infini, sa Sainteté qui n’a ni début ni fin. Dans sa Volonté opérante, Il trouvera en nous des matières infinies pour former sa Vie. Quelle joie, quel bonheur ! Pour cela, ne nous irritons jamais de sa Volonté, même au prix de notre propre vie…Il est vrai que parfois les tempêtes sont si fortes que nous nous sentons succomber sous les coups de gens dont on ne les attendait pas. Mais le cher Jésus nous aide et nous soutient de façon que tout finit dans sa S. Volonté. Donc, en toutes circonstances, ne perdons jamais la paix et courons dans les bras de Jésus, comme notre refuge, ainsi nous serons en sûreté.
J’aime vous entendre dire que vous prenez toujours la Communion ! Ne cessez jamais, ni par trouble, ni par angoisse, ni par crainte ! Tout ce qui n’est pas la paix ne vient jamais de Dieu mais toujours de notre ennemi qui prend l’avantage quand il nous voit troublés, perdant la vraie confiance, baissant nos bras ouverts pour Jésus. Donc, pour devenir saints, il faut seulement du courage, de la confiance et de la paix pour vivre dans la mer immense de la Divine Volonté.
Je vous remercie de nouveau, je vous laisse dans le Vouloir Divin pour devenir sainte. Priez pour moi, j’en ai tant besoin ! et moi, de tout cœur, je le ferai pour vous. En vous saluant avec l’affection du S. Vouloir Divin, je me dis très affectueusement vôtre,
La petite fille de la Divine Volonté,
Corato, 10-8-1941
101. A frederico Alresch ?
Très cher fils en Jésus-Christ,
Merci pour tout ! Espérons que le Seigneur veuille éclairer le Saint Pontife ! Si vous pouvez faire un pas de plus, faites-le, autrement nous dirons toujours Fiat, Fiat ! Mais, tandis que nous attendons, vivons toujours dans le Vouloir Divin. (Le Seigneur), Lui, est, si l’on peut dire, à l’affût pour voir si notre respiration, notre battement de cœur et notre mouvement même sont dans son S. Vouloir.  S’Il voit que c’est le cas, Il bondit de joie. Même chose quand, dans notre respiration, le battement de notre cœur et notre mouvement, Il se sent aimé, glorifié et adoré par tous. Dans une seule respiration, nous Lui donons tout et tous ; sa SS. Volonté circule en tous et est vie pour tous ; notre petit mouvement marche avec Elle et Lui donne ce que les créature Lui doivent. Il suffit (pour comprendre) de dire qu’un seul acte fait dans sa Volonté prend le Ciel d’assaut. Nous faisons nôtres les mers d’amour de la Reine du Ciel et de la Divinité Elle-même et nous les redonnons à Dieu comme mers d’amour qui nous appartiennent. Nous, pauvres créatures, nous ne sommes rien. C’est donc Lui qui nous appelle ; c’est Lui qui nous veut dans son Vouloir pour se faire donner tout, et même Lui-même par sa créature aimée. Quant à tout le reste, ce n’est guère que des riens sans importance. Donc, si nous voulons L’aimer beaucoup, vivons dans son Saint Vouloir ! et, oh ! combien de surprises nous trouverons ! La première, c’est la Divine Volonté opérant en nous, laquelle formera des mers d’amour, de lumière, de sainteté, de grâces surprenantes et nous serons impliqués au point de ne plus savoir en sortir.
Je vous laisse dans le Vouloir Divin pour devenir un grand saint, et en vous saluant cordialement, je me dis très affectueusement vôtre,
La petite fille de la Divine Volonté.
Corato, 19-8-1941
102.
In Voluntate Dei
Ma bonne fille dans le Vouloir Divin,
Ensevelissons tout dans le Vouloir Divin. Qu’Il soit notre refuge, notre défense, notre vie, la lumière qui nous enveloppe de partout et qui, si elle le veut, éclipse même nos ennemis.
Ma fille bénie, voulons-nous tout mettre en sécurité : la sainteté, la Vie même de Jésus en nous ? Faisons la Divine Volonté ; vivons plus en Elle que si c’était notre propre vie et, oh comme nous nous sentirons heureux en vivant de Volonté Divine ! Le Ciel, c’est certain, sera nôtre. Chaque acte minuscule fait en Elle, même un rien, prend le Ciel d’assaut ; ce sera comme une petite visite que nous faisons à la Patrie Céleste. Donc, si nous voulons être en paix, parce que la paix doit être notre pain quotidien, ne pensons pas à ce qui est advenu. Jésus aura plus d’intérêt que nous à y penser et, comme pour Lui les siècles sont un seul point, ce qu’Il ne fait pas aujourd’hui, Il le fera demain et Il remportera une victoire triomphale sur ceux qui se sont opposés à Lui : nos peines serviront à leur faire connaître la vérité et, je l’espère, à en faire des saints.
Nous, nous avons l’honneur de vivre dans le Vouloir Divin, ne perdons pas notre place . Contentons-nous de mourir plutôt que de ne pas faire la Divine Volonté. En Elle, nous sentirons une force divine, nous aimerons Dieu pour tous et nous serons ses véritables enfants  nous qui consolerons notre Père Céleste … Il est vrai que les temps sont tristes et qui sait ce qui arrivera ? Mais si nous faisons la Volonté Divine et que nous en vivons, Jésus viendra se réfugier en nous parce qu’Il y trouvera sa Volonté qui Lui offre son Ciel, habitation digne de Lui.
Donc, courage et confiance. Avec le courage, nous affronterons tout le monde et avec la confiance, nous vivrons en sécurité dans le Cœur et dans les bras de notre doux Jésus et notre Maman Reine nous prendra sur ses genoux et nous gardera cachés sous son manteau bleu. Je vous laisse dans le Vouloir Divin pour que vous deveniez une sainte, voilà ma recommandation. Ne nous déstabilisons pas dans les diverses circonstances de la vie ; bien souvent, elles servent à nous faire copier et imiter notre cher Jésus.
Priez pour moi qui en ai tant besoin comme moi, de tout cœur, je le ferai pour vous. Et vous laissant enfermée dans le Vouloir Divin afin que vous n’en sortiez plus jamais, avec une affection maternelle je vous salue et me dis, très affectueusement vôtre,
La petite fille de la Divine Volonté