PREMIER RECUEIL - Disciples Amoureux Missionnaires
36. A Madame Copparo La Scola, de Termini Imerese, Palerme
In Voluntate Dei!
Très estimée fille bénie du Vouloir Divin,
Me voici pour vous contenter. Je crois que la Reine du Ciel et le grand Roi des douleurs vous dédommageront de tant de bonté et charité de votre part. Ils seront magnanimes à votre égard en faveurs célestes, parce que vous vous occupez beaucoup de propager sa Passion et ce qui concerne le Vouloir Divin. On ne peut pas donner un Amour plus grand au Seigneur.
Maintenant venons-en à nous. Vous dites avoir beaucoup de croix. C’est un bon signe, ma fille. Les croix sont des jalousies divines et des pièces de monnaie que nous donne N. Seigneur. Sa jalousie est le grand amour qu’il a de nous rendre saints ; Il nous éloigne de tous et Lui, Dieu Auteur et Martyr, avec des petites croix et ses propres mains travaille notre âme et en fait ses fac-similés. Quel amour envers nous, qu’avec des petites et grandes croix nous pouvons dire « Je suis semblable à mon cher Jésus » !
Mais vous voulez savoir pourquoi vous sentez le poids de vos misères ? Parce que beaucoup de fois vous ne cherchez pas à être ensemble avec Jésus et d’être convaincue qu’Il est déjà avec vous et vous n’unissez pas les peines de Jésus avec les vôtres. Devant les peines de Jésus, les vôtre perdent de leur dureté, elles se vident de leur poids, elles se font petites et presque souriantes, parce qu’elles aiment dire « Tu as souffert pour moi et moi pour Toi ! » Ensemble avec Jésus les peines changent d’aspect, les misères disparaissent et des peines, des misères, des faiblesses, surgissent les plus belles conquêtes, les richesses célestes, la force de Dieu. Les anges eux-mêmes et Saints envient notre sort.
Donc, ma fille, voilà le secret pour devenir sainte : être ensemble avec Jésus, ne rien lui refuser dans tout ce que vous faites, même dans les choses nécessaires de la vie, dans les peines que vous souffrez, dans les prières que vous faites, dans le travail, dans la nourriture, dans le sommeil, dites-lui de tout cœur : » Jésus, je veux faire toujours ta Volonté ». Si bien que vous aurez toujours le Fiat sur vos lèvres, à l’esprit et dans le cœur.
Si vous faites cela, vous créerez la joie dans le Cœur de Jésus et Lui ne pourra rien vous refuser, même pas la sainteté de vos petits-enfants…Il semble que vous soyez très préoccupée à leur sujet. Ne craignez pas ; mettez-les dans les mains de Jésus et dans le sein de la Maman Céleste ; conseillez-leur de lire souvent le livre de la Reine de la Divine Volonté et vous verrez que de grandes choses le Seigneur fera avec eux.
Je termine en vous recommandant de ne jamais perdre la paix… Que cela vous tienne à cœur de ne jamais vous troubler, ni de vos misères, ni de la maladie de votre conjoint. Adorons les jugements de Dieu, justes et saints, Il dispose de tout pour notre bien et pour nous rendre saints.
Je me recommande à vos prières et moi de tout cœur je le ferai pour vous et pour ceux qui acquièrent le livre, afin que tous deviennent saints. Je vous laisse dans la mer du Divin Vouloir et avec mille hommages je me dis très affectueusement vôtre,
La petite fille de la Divine Volonté
Corato, 25-11-1934