UN ENSEIGNEMENT POUR TOUS : SOYEZ PETITS SOYEZ BÉNIS ! - Disciples Amoureux Missionnaires

Homélie de mercredi 14 Juillet: Mt 11, 25-37

Après quoi mon aimable Jésus se fit voir sous les traits d’un petit enfant qui, jetant ses bras autour de mon cou, me dit :
Ma maman, ma maman… Celle qui fait ma Divine Volonté devient mère, mon Divin Fiat l’embellit pour moi, la transforme et la rend féconde de façon à lui donner toutes les qualités pour être une vraie mère. Et continue à former cette mère avec les reflets du Soleil de ma Divine Volonté, et j’exulte et Je prends grand plaisir à l’appeler ma maman, ma maman… Et non seulement Je la choisis comme mère, mais j’appelle un grand nombre de tout petits pour les donner à ma mère afin qu’elle soit leur mère.
Et en disant cela, Il m’a montré en grand nombre de petits garçons et de petites filles autour de moi; et l’Enfant Jésus leur dit :
Voici ma mère et votre maman. Tous ces petits étaient en fête et m’entouraient avec Jésus qui ajouta : Ces petits que tu vois ne sont rien d’autre que la première cohorte des enfants de ma Divine Volonté. En elle, tous seront petits parce que la Divine Volonté a la vertu de préserver leur fraîcheur et leur beauté, tout comme ils sont sortis de Nos mains créatrices. Et comme Elle a appelé ta petitesse à vivre en Elle, il est juste que, étant la première, tu sois la petite maman de ces tout petits enfants »
Vol 25, 14 novembre 1928
Ah! Ma fille, mon crime est toujours l’amour et c’est aussi le crime de celle qui m’aime. Sans rien trouver d’autre à juger, ils jugent l’excès de mon Amour et de celui de Mes enfants qui ont peut-être donné leur propre vie pour ceux qui les jugent. Ils peuvent juger comme ils veulent. Mais quelle ne sera pas leur confusion lorsqu’ils se présenteront devant Moi et qu’ils verront clairement que c’est bien Moi qui agissait de la manière qu’ils condamnaient, et que leur jugement a empêché la venue d’une grande gloire pour Moi, et d’un grand bien parmi les créatures, un bien qui est de savoir avec plus de clarté ce que veut dire agir dans ma Divine Volonté et faire qu’Elle règne? Il n’y a pas de crime plus grand que celui de faire obstacle à un bien. Par conséquent, ma fille, Je te recommande de ne pas te laisser troubler ni de rien changer à ce qui se passe entre toi et Moi. Donne-moi l’assurance que mon Œuvre trouvera en toi son accomplissement. Ne Me cause aucune peine. Je voulais diffuser le bien autour de toi mais l’humain se met en travers de Mes desseins. Aussi, prie pour que la volonté humaine soit vaincue et que le Royaume de ma Divine Volonté ne soit pas étouffé parmi les créatures.
Mais Je te dis que les Connaissances de ma Divine Volonté ne resteront pas enfouies. Elles font partie de ma Vie Divine et cette Vie n’est pas sujette à la mort. Tout au plus peuvent-elles rester cachées, mais mourir, jamais, parce qu’il est décrété par la Divinité que le Royaume de ma Divine Volonté sera connu. Et lorsque Nous décrétons, aucun pouvoir humain ne peut s’y opposer. C’est tout au plus une question de temps. Et en dépit des oppositions et des jugements contraires des personnes en autorité, Je ferai comme Je le veux. Et si, avec leurs jugements, ils veulent enterrer un si grand bien et tant de Vies Divines de mes Vérités, Je les écarterai pour faire ce que Je veux en plaçant d’autres personnes, plus humbles et plus simples, et mieux portées à croire en mes admirables et multiples Manières d’en user avec les âmes. Et avec leur simplicité, étant mieux disposées, plutôt que de chercher des arguties, elles reconnaîtront que ce que j’ai manifesté sur ma Divine Volonté est un Don du Ciel. Et celles-là Me serviront admirablement pour propager les Connaissances de mon Fiat dans le monde. N’est-ce pas ce qui s’est passé pour Ma venue sur terre? Les sages, les savants et les dignitaires ne voulaient pas m’écouter. Ils avaient plutôt honte de s’approcher de Moi. Leur doctrine leur faisait croire que Je ne pouvais pas être le Messie promis, au point d’en venir à Me haïr. Et Je les ai écartés pour choisir les humbles, les simples et les pauvres pêcheurs qui m’ont cru, et je m’en suis servi de façon admirable pour former mon Église et propager le grand Bien de la Rédemption. Je ferai la même chose pour ma Divine Volonté.
Ainsi, ma fille, ne te tracasse pas en entendant parler de toutes ces difficultés qu’ils soulèvent et ne changeons rien à ce qui se passe entre toi et Moi. Continue à faire dans ma Divine Volonté ce que Je t’ai enseigné.
Vol 28, 9 juillet 1930