LES NOUVEAUX PROPHÈTES ANNONCENT SON RÈGNE ! - Disciples Amoureux Missionnaires

Homélie de dimanche 13 Décembre 2020: Jn 1, 6-8.19-28

Ma fille, lorsqu’un bienfait est universel et qu’il doit et peut apporter du bien à tous, il est nécessaire que des peuples entiers et sinon tous, au moins une grande partie connaissent le bien qu’ils doivent recevoir et que, par des prières, des soupirs, des désirs et des œuvres, ils demandent un Bien si grand, de telle sorte que le Bien qu’ils veulent soit conçu dans leur esprit, leurs soupirs, leurs désirs et leurs œuvres, et même dans leur cœur; et c’est alors que le Bien qu’ils attendaient si ardemment leur est accordé.
Lorsqu’un bienfait qui doit être reçu est universel, il faut la force d’un peuple pour le demander; par contre, lorsqu’il est individuel ou local, un seul peut suffire pour l’obtenir. Par conséquent, avant de venir sur terre et d’être conçu dans la Souveraine Reine du Ciel, je peux dire que j’ai été conçu dans l’esprit des prophètes, et j’ai confirmé et donné de la valeur à cette sorte de conception en eux par mes manifestations à propos du temps et de la manière dont Je devais venir sur terre pour racheter l’humanité. Et les prophètes, fidèles exé- cuteurs de mes manifestations, servaient de hérauts en manifestant aux peuples, par leurs paroles, ce que j’avais manifesté concernant Ma venue sur terre; et en Me concevant dans les paroles, ils ont fait courir de bouche en bouche la nouvelle que le Verbe voulait venir sur terre. Ainsi, j’ai été conçu non seulement dans la parole des prophètes, mais aussi dans la parole du peuple de sorte que tous en parlaient, priaient et attendaient avec ardeur le futur Rédempteur. Et lorsque la nouvelle de Ma venue sur terre fut diffusée parmi les peuples, c’est presque un peuple tout entier qui, avec les prophètes à sa tête, pria et attendit dans les larmes et la pénitence et alors seulement, étant comme conçu dans leurs volontés, j’ai permis à la Reine de prendre vie, elle en qui Je devais être conçu en réalité afin de faire Mon entrée dans un peuple qui avait langui après Moi et Me désirait depuis quarante siècles.
Vol 25, 13 janvier 1929.