VOUS ÊTES FATIGUÉS ? - Disciples Amoureux Missionnaires

Homélie de mercredi 9 Décembre 2020: Mt 11, 28-30

Après quoi je continuais mon abandon dans le Divin Fiat. Je ressentais grandement le besoin de rester dans sa Mer de Lumière sans jamais en sortir. Je le ressentais comme un battement de cœur, une respiration, un air qui m’insufflait la vie et me maintenait dans l’ordre, l’harmonie, la « dissolution » (la mort) de mon petit atome dans sa Mer Divine. Mais alors que mon petit esprit était envahi par des pensées de la Divine Volonté, mon doux Jésus ajouta :
Ma fille, il n’y a d’ordre, de repos et de Vie véritable que dans ma Divine Volonté (Fiat Divin). En fait, la vie de chaque créature, son premier acte de vie, est formée dans le Sein de son Créateur; puis, comme une naissance, Nous la sortons à la lumière du jour. Et comme Nous avons en Nous la Vertu Générative, comme elle est Notre enfant, elle porte en elle la semence qui génère, et avec cette semence la créature forme beaucoup d’autres naissances; et en continuant à manifester sa Vie, elle forme la naissance de ses saintes pensées, de ses chastes paroles, et le merveilleux enchantement de ses œuvres, le doux bruit de ses pas, des rayons éclatants de ses battements de cœur. Et comme ces naissances sont formées des créatures, elles vont leur chemin pour monter vers leur Créateur, pour Le reconnaître comme leur Père, pour l’aimer, l’entourer du cortège de sa longue descendance, comme notre Gloire et celle de notre Vertu Générative. Mais pour que notre Vertu Générative soit féconde, il faut que notre Divine Volonté domine dans la naissance qui sort de Nous, autrement il y a le danger d’être transformée en brute et de perdre la Vertu Générative du bien; et si elle génère, c’est pour générer des passions, des faiblesses et du vice; et non seulement il leur manque la vertu de pou- voir monter vers Nous, mais, au contraire, ces naissances sont condamnées comme ne Nous appartenant pas.
Vol 27, 16 décembre 1929