Jeudi 14 octobre 2021 - Disciples Amoureux Missionnaires
De l’évangile de Luc 11, 47-54
Malheur à vous, docteurs de la loi ! Parce que vous avez enlevé la clef de la science ; vous n’êtes pas entrés vous-mêmes, et vous avez empêché d’entrer ceux qui le voulaient. Lc 11,52
Ils restent dans l’obscurité et peuvent souffrir la disgrâce des pharisiens qui, ne regardant que l’écorce de mes œuvres et de mes paroles et non la substance des fruits de ma vie..

 

Le livre du Ciel Tome 28, 9 juillet 1930
Ma fille, n’aie pas peur. Ma façon d’agir est toujours pure et sainte – quoi que je fasse, même si elle paraît étrange aux créatures parce que toute sainteté n’est pas dans la façon d’agir extérieure, mais sort de la fontaine de sainteté intérieure et des fruits que produit ma façon d’agir. Si les fruits sont saints, pourquoi vouloir juger la manière ? J’ai aimé ma manière, et par conséquent je l’ai utilisée. C’est à son fruit que l’on juge l’arbre – pour savoir s’il est bon, médiocre ou mauvais. Et à mon très grand regret, au lieu de juger les fruits, ils ont jugé l’écorce de l’arbre et peut-être pas même la substance et la vie de l’arbre lui-même. Les pauvres ! Que peuvent-ils comprendre en ne regardant que l’extérieur de mon action sans examiner les fruits qu’elle a produits ? Ils restent dans l’obscurité et peuvent souffrir la disgrâce des pharisiens qui, ne regardant que l’écorce de mes œuvres et de mes paroles et non la substance des fruits de ma vie, sont restés aveugles et ont fini par me donner la mort. Ainsi, un jugement est rendu sans avoir imploré l’aide de l’auteur et dispensateur des lumières, et sans consulter celui qu’ils jugent si facilement !

 

Correspondances dans « L’évangile tel qu’il m’a été révélé » de Maria Valtorta :

Malheur à vous qui élevez des tombeaux aux prophètes que vos pères ont tués. Et quoi ? Vous croyez diminuer avec cela la grandeur de la faute de vos pères ? De la supprimer aux yeux de la postérité ? Non, au contraire, vous témoignez que vos pères ont fait ces œuvres. Non seulement cela, mais les approuvez, tout disposés à les imiter, en élevant ensuite un tombeau au prophète persécuté, pour pouvoir dire : « Nous, nous l’avons honoré ». Hypocrites ! C’est pour cela que la Sagesse de Dieu a dit : « Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, et eux en tueront certains et persécuteront les autres, pour que l’on puisse demander à cette génération le sang de tous les prophètes qui a été répandu depuis la création du monde et par la suite, depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, tué entre l’Autel et le Sanctuaire ». Oui, en vérité, en vérité je vous dis que de tout ce sang des saints il en sera demandé compte à cette génération qui ne sait reconnaître Dieu là où Il est, et persécute le juste et lui perce le cœur parce que le juste est une. confrontation vivante avec leur injustice.

Malheur à vous, docteurs de la Loi, qui vous vous êtes emparés de la clef de la science et avez fermé son temple pour éviter d’y entrer et d’être jugés par elle, et qui n’avez pas permis aux autres d’y entrer. En effet vous savez que si le peuple était instruit de la vraie Science, c’est-à-dire de la Science sainte, il pourrait vous juger. Et alors vous préférez qu’il soit ignorant pour qu’il ne vous juge pas. Et vous me haïssez parce que je suis la Parole de Sagesse, et vous voudriez m’enfermer avant le temps dans une prison, dans un tombeau pour que je ne parle plus.

Mais je parlerai tant qu’il plaira à mon Père que je parle. Et ensuite ce seront mes œuvres qui parleront plus encore que mes paroles. Et ils parleront mes mérites plus encore que les œuvres, et le monde sera instruit et il saura, et il vous jugera. Le premier jugement sur vous. Et puis viendra le second, le jugement particulier pour chacun de vous à sa mort, et enfin le dernier : l’Universel. Et vous vous souviendrez de ce jour, de ces jours et vous, vous seuls connaîtrez le Dieu terrible que vous vous êtes efforcés d’agiter comme une vision de cauchemar devant les esprits des simples, alors que vous, à l’intérieur de votre tombeau, vous vous êtes moqués de Lui et du premier et principal commandement : celui de l’amour, le dernier donné sur le Sinaï, que vous n’avez pas respecté et auquel vous n’avez pas obéi.

 

C’est inutilement, ô Elchias, que tu n’as pas de représentations figurées dans ta maison. C’est inutilement, ô vous tous, que vous n’avez pas d’objets sculptés dans vos maisons. C’est à l’intérieur du cœur que vous avez l’idole, plusieurs idoles. Celle de vous croire des dieux, celles de vos concupiscences.

Venez, vous autres. Partons. »