POUR MOI, L’ENSEIGNEMENT LE PLUS IMPORTANT! - Disciples Amoureux Missionnaires

Homélie de dimanche 13 juin 2021: Mc 4, 26-34

1. Jeter en terre la semence
Répéter ses actes dans la Divine Volonté : Le sang de l’âme, Il faut tout faire avec lui et pour lui, par amour.
«… les actes répétés sont comme la sève de la plante : sans elle, la plante sèche et ne peut produire ni fleurs ni fruits. Parce que la sève est le sang vital de la plante qui circule en elle, la conserve, la fait grandir et produire les fruits les plus beaux et les plus savoureux pour former la gloire et le bénéfice du fermier. Cependant cette sève ne se forme pas par la plante toute seule. Le fermier doit veiller à arroser et cultiver la plante, et pas seulement une fois, mais sans cesse, Il doit lui donner l’aliment quotidien qui lui permet de s’épanouir… Tu vois maintenant ce que représentent les actes répétés. Ils sont le sang de l’âme, l’aliment, la conservation et la croissance de mes dons. Moi, l’Agriculteur céleste, je ne cesse pas de t’arroser ! Je ne risque pas d’être paresseux. Puisque c’est toi qui reçois cette sève vitale, celle-ci vient à toi lorsque tu répètes les actes dans ma Volonté au fond de ton âme. A ce moment-là, tu ouvres la bouche et Je déverse ce sang dans ton âme…»
Vol 29, 4 mai 1931.
Accomplir ses actes dans sa Divine Volonté
Chaque fois que l’âme accomplit ses actes dans ma Volonté, elle grandit de plus en plus devant Moi en sagesse, en bonté, en puissance et en beauté. En fait, plus l’âme continue de répéter ses actes dans ma Volonté, plus elle reçoit d’infusions de sagesse, de bonté, etc., et elle grandit grâce à ma nourriture (spirituelle) dont elle se nourrit. » (Évangile, Luc 2,52 : Jésus dans son Humanité grandissait en sagesse et en grâce , car il multipliait ses actes dans la Suprême Volonté. Une croissance si réelle que les autres la remarquaient. (Devant Dieu et devant les hommes)
Vol 13, 14 septembre 1921
2. La Pratique
Appeler Dieu dans ses actes.
« Tu dois savoir que celle qui fait ma Volonté et laisse ma Vie couler dans ses actes appelle continuellement Dieu et ses attributs. Et il se sent continuellement appelé par la créature. Elle l’appelle tantôt parce qu’elle veut sa Puissance, tantôt son Amour, tantôt sa Sainteté, sa Lumière, sa Bonté, sa Paix imperturbable. Bref, elle l’appelle toujours parce qu’elle veut ce qui est de Dieu. Et toujours Il attend de pouvoir lui donner en retour ce qu’elle demande. Il se sent appelé et il l’appelle afin de lui dire :« Y a-t’il autre chose que tu veux avoir de mon Être divin ?» Prends ce que tu veux. » (demandez et vous recevrez, appelez et on vous ouvrira Mt 7,7)
Vol 32, 1 octobre 1933
Il a laissé des chemins… “Je suis le chemin la vérité et LA VIE !”
« Dès ma conception, j’ai commencé à former des chemins qui devaient servir aux créatures pour venir à moi. En formant ces chemins, je les étendais, mais je ne les détachais pas de moi. Je demeurais le centre d’où partaient tous ces chemins. Ainsi, mes actes, mes paroles, mes pensées et mes pas étaient tous des routes de lumière, de sainteté, d’amour, de vertu et d’héroïsme que je formais. Par conséquent, la créature trouve le chemin pour venir à moi avec chaque acte qu’elle accomplit. »
Vol 36, 30 juin 1938
3. Les actes suspendus.
« Vois, toutes les choses que j’ai faites sur la terre prières, souffrances, travaux demeurent opérantes et le seront éternellement pour le bien de ceux qui veulent en profiter. Ma manière d’agir diffère de celle des créatures. Disposant de la puissance créatrice, je parle et je crée exactement comme, un jour, j’ai parlé et j’ai créé le soleil, lui qui donne sa lumière et sa chaleur continuellement sans jamais décroître, comme s’il était en train d’être créé. Telle était ma manière d’opérer sur la terre. Puisque j’avais en moi la puissance créatrice, les prières, les actes et les travaux que je faisais, et le Sang que j’ai versé, sont toujours en acte, exactement comme le soleil dans son acte continuel de donner sa lumière. Ainsi, mes prières se poursuivent, mes pas sont toujours dans l’action de courir après les âmes, et ainsi de suite. »
Vol 11, 21 septembre 1913
«…mes actes et ceux de ma céleste Mère répètent leur acte continuel tout comme les choses créées. Parce qu’ils sont faits dans la Divine Volonté et animés par elles, nos actes possèdent la vertu répétitive. Et mieux que le soleil, nos actes dardent les créatures et font pleuvoir sur leur tête tous les biens de tous nos actes qui, quoiqu’anciens, sont toujours nouveaux et pour le bien de cette malheureuse humanité. Car ils possèdent l’acte continuel. Mais malgré qu’ils soient répandus sans arrêt sur leur tête, nos actes suspendus ne sont pas pris par les créatures.
Vol 28, 4 juillet 1930.