2ème DIMANCHE DE PÂQUES, année B - Disciples Amoureux Missionnaires

     Dimanche de La Miséricorde. 

Évangile (Jn 20, 19-31)

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Commentaire du père Jean-Jacques:
    « La paix soit avec vous ».
« Malgré les portes verrouillées, le Christ est venu au milieu des siens pour les réconforter en leur donnant Sa Paix.  Il est vivant et ressuscité. Sa présence chasse la peur des cœurs troublés par la peine et le deuil.
Il souffle son Esprit-Saint et remet aux disciples le pouvoir de pardonner les péchés. C’est un don qui naît des blessures de son côté transpercé et c’est de là qu’une vague de miséricorde se déverse sur l’humanité tout entière.
« Avance ta main et mets-la dans mon côté ; cesse d’être incrédule, sois croyant ».
C’est pour nous que Jésus revient avec ses disciples. Il veut nous montrer à nous aussi ses plaies glorieuses et son cœur, fontaine intarissable de lumière et de vérité, d’amour et de pardon. Il nous dit : « mets ta main dans mon côté et cesse d’être incrédule ». Nous nous sommes laissés gagnés par la peur en oubliant Celui qui a refait nos vies en clouant la sienne sur la Croix. Ses plaies sont des portes ouvertes à sa miséricorde. Il faut accepter d’être aimé comme il nous aime. Jésus dira à sœur Faustine : « L’humanité ne trouvera pas la paix, tant qu’elle ne s’adressera pas avec confiance à la Miséricorde divine » (petit journal, p. 132)
« Parce que tu m’as vu tu crois.
 Heureux ceux qui croient sans voir vu ».
A la vue du Christ Ressuscité, Thomas s’écrie : « Mon Seigneur et mon Dieu ! ». Nous sommes invités à accueillir aussi l’amour de notre Seigneur qui sans cesse déverse sur les hommes ses paroles de tendresse.
« Jésus j’ai confiance en toi » C’est par cette prière toute simple que nous nous abandonnons avec confiance entre ses mains.
« La Miséricorde divine ! Voilà le don pascal que l’Eglise reçoit du Christ et qu’il offre à l’humanité, à l’aube du troisième millénaire. » St Jean Paul II
Père Jean-Jacques