UNE VIE DE SAINTETÉ HÉROÏQUE ? - Disciples Amoureux Missionnaires

Homélie de jeudi 28 Janvier: Mc 4, 21-25

Ma fille, plus l’œuvre est grande, plus elle doit apporter de bien à la famille humaine et plus elle demande des efforts héroïques. Combien de sacrifices, de souffrances, de peines – et même la mort – n’ai-je pas endurés pour former l’œuvre de Rédemption des créatures? Parce que l’œuvre était grande, tout devait être grand: les peines, les souffrances inouïes, les plus infâmes humiliations, un amour invincible, une force héroïque et une patience sans égale. Tout devait être grand parce que lorsqu’une œuvre est grande, les créatures sont prises de tous côtés afin qu’elles puissent recevoir le bien que contient en elle-même une grande œuvre, sauf pour la créature qui, obstinée et perfide, veut s’échapper de force. Par contre, lorsqu’une œuvre est petite, de grands sacrifices ne sont pas exigés, et en conséquence, avec une petite œuvre, toutes les créatures n’en recevront pas le bien; en fait, étant donné qu’il y manque ce qui est grand, quelques-unes ne trouveront pas la voie; pour certaines le sol manquera sous leurs pieds, pour d’autres la lumière, et à d’autres encore il manquera la force exaltante d’un amour de sacrifice et de souffrance. En somme, rares sont celles qui pourront recevoir le bien d’une petite œuvre, car il lui manque la vie et la substance la rendant capable de se donner à qui veut la recevoir.
Ma fille, l’œuvre du Royaume de la Divine Volonté est la plus grande des œuvres, et si elle va de pair avec l’œuvre de Rédemption, à cause de la Gloire divine, du Bien et de la Sainteté qu’Elle apportera aux créatures, Elle surpasse la Rédemption même. C’est pourquoi de grands sacrifices, des dou- leurs et des souffrances innombrables, des prières incessantes sont nécessaires. Par conséquent, il me fallait choisir une créa- ture qui, volontairement, accepterait le long sacrifice de nombreuses années, de bien des souffrances différentes; et Je ferai connaître aux enfants de mon Royaume combien ce Royaume de ma Volonté nous coûte, à toi et à Moi, pour qu’il soit tel que tous puissent y entrer, leur offrant des voies ouvertes de tous côtés et de toutes sortes, afin de les gagner et qu’ils y vien- nent : des voies de lumière, des voies de souffrances, des voies de toutes les manifestations et vérités que Je leur ai données; et Je montrerai l’effort incroyable que tu fais en écrivant afin que rien ne manque, qu’ils puissent trouver un chemin solide et des voies sûres pour les attirer avec une force invincible, et prendre possession du Royaume du Fiat suprême.
Lorsque les générations humaines auront toutes les connaissances sur la Divine Volonté, sur le grand bien de mon Royaume, et qu’elles connaîtront la durée des sacrifices endurés par celle qui l’a demandée, mes Connaissances et tes sa- crifices, unis ensemble, seront de puissants aimants, d’irrésistibles aiguillons, d’incessants appels, une pénétrante lumière, des voix assourdissantes qui, rendant ces générations sourdes à toute autre chose, ne leur laisseront que l’oreille pour entendre les doux enseignements du Divin Fiat et accepter un Royaume demandé pour elles au prix de si nombreux sacrifices. Il y a par conséquent beaucoup à faire et à souffrir pour former une grande œuvre – et tout est nécessaire; ce qui t’apparaît comme une souffrance sans signification peut être pour d’autres une voix qui inspire la pitié de sorte que, émus par cette voix, ils reconnaîtront qu’il serait par trop ingrat de ne pas accepter un Bien si grand qui nous a tant coûté à cause d’eux. Aussi, tu dois Me laisser faire et Me laisser libre de faire ce que Je veux.
Vol 22, 1 juillet 1927