jeudi 2 septembre 2021 - Disciples Amoureux Missionnaires
De l’évangile de Luc 5, 1-11
 Ne crains point; désormais tu seras pêcheur d’hommes. Lc 5,10
 Tu vois par conséquent que chaque acte forme un enfant de plus dans mon Royaume, plus des actes sont accomplis dans ma Volonté, plus le Royaume de mon Vouloir est peuplé.

 

Le livre du Ciel Tome 34, 14 mars 1937
Ma bienheureuse fille, je veux encore te dire tout le bien que contient un acte de plus de la créature dans mon  Vouloir. Ma Volonté est vie et ne fait rien d’autre que générer cette vie. Chaque acte de plus que la créature
accomplit en elle contient l’acte générateur que possède ma Volonté. En faisant cet acte, la créature prête le voile où former et cacher cette divine naissance. Lorsque l’acte est accompli, ma Volonté parcourt le monde entier
afin de trouver des âmes bien disposées où elle pourra déposer sa naissance générée, et former un enfant du Royaume de son Fiat. Tu vois par conséquent que chaque acte forme un enfant de plus dans mon Royaume, de sorte que plus des actes sont accomplis dans ma Volonté, plus le Royaume de mon Vouloir est peuplé. Ma fille, c’est là un délire de notre Être suprême de vouloir que la créature vive dans notre Volonté. Nous utiliserons toutes les
astuces de l’amour pour arriver à ce but. Comme il est beau de voir que les premiers enfants de notre Fiat utiliseront leurs actes pour former la nouvelle génération de vie de notre Volonté dans la créature. Notre amour est si grand que nous profitons de leurs actes pour donner ce grand bien qui contient le ciel et la terre.

Correspondances dans « L’évangile tel qu’il m’a été révélé » de Maria Valtorta :
 « Nous allons à la pêche. Le Maître le veut. »

Et pendant qu’ils s’éloignent, il dit Jésus :

« Pourtant, Maître, je t’assure que ce n’est pas l’heure favorable. A cette heure les poissons, qui sait où ils sont à se reposer !… »

Jésus assis à la proue sourit et se tait.

Ils font un arc de cercle sur le lac, et puis, jettent le filet. Quelques minutes d’attente et puis la barque est secouée étrangement, attendu que sous le soleil déjà haut sur l’horizon le lac est lisse comme du verre fondu.

« Mais ce sont les poissons, Maître ! » dit Pierre, les yeux écarquillés.

Jésus sourit et se tait.

« Hissez ! hissez ! » ordonne Pierre aux commis.

Mais la barque penche du côté du filet.

« Ohé ! Jacques ! Jean ! Vite ! Venez ! Avec les rames ! Vite ! »

Ils accourent et les efforts des mariniers réussissent à hisser le filet sans abîmer la proie.

Les barques accostent. Elles sont exactement l’une contre l’autre. Un panier, deux, cinq, dix. Ils sont tous remplis d’une proie stupéfiante et il y a encore tant de poissons qui frétillent dans le filet : argent et bronze vivants qui s’agitent pour échapper à la mort. Alors il n’y a plus qu’une solution: renverser dans le fond de la barque ce qui reste dans le filet. On le fait et alors c’est tout un frémissement de vies qui agonisent. Les pécheurs ont les pieds dans cette surabondance, jusqu’au-dessus de la cheville et les barques s’enfoncent au-delà de la ligne de flottaison à cause de la charge excessive.

« À terre ! Virez ! Faites force de voiles ! Attention au fond ! Préparez les perches pour empêcher le heurt. Il y a trop de poids ! »

65.3 – Tant que dure la manœuvre, Pierre ne réfléchit pas. Mais un fois débarqué, il ouvre les yeux et comprend. Il est tout effrayé.

« Maître Seigneur ! Éloigne-toi de moi ! Je suis un homme pécheur Je ne suis pas digne d’être auprès de Toi ! »

Il est à genoux sur la grève humide.

Jésus le regarde et sourit.

« Lève-toi ! Suis-moi ! Je ne te lâche plus. Désormais tu seras pêcheur d’hommes et avec toi, tes compagnons que voici. Ne craignez plus rien, je vous appelle. Venez ! »

434> « Tout de suite, Seigneur. Vous autres, occupez-vous des barques, portez tout à Zébédée et à mon beau-frère. Allons, tous pour Toi, Jésus ! Que l’Éternel soit béni pour ce choix. »