Samedi 17 juillet 2021 - Disciples Amoureux Missionnaires
De l’évangile de Matthieu 12, 14-21
 … il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, jusqu’à ce qu’il ait fait triompher le jugement.   Mt 12,20
Nous allons triompher de l’homme !

 

Le livre du Ciel Tome 36, 28 août 1938
Ma fille, notre amour veut en arriver aux plus grands excès. Il veut sauver notre bras, qui est l’homme. À n’importe quel prix, notre amour veut le mettre en ordre. Nous serons contraints par notre amour de souffler de nouveau en lui pour expulser ses ennemis et nos ennemis. Nous le couvrirons de nouveau de notre amour et nous ferons entrer en lui la vie de notre Volonté. Il n’est pas digne de notre Majesté, de notre sainteté, de notre puissance et de notre sagesse qu’il y ait dans notre œuvre créatrice ce désordre qui nous déshonore tellement. Ah ! non. Nous allons triompher de l’homme ! Et le signe certain, c’est que nous manifestons les prodiges de notre Vouloir et la façon de vivre en lui. Si nous ne faisions pas cela, notre puissance serait violée, comme si nous étions incapables de sauver notre œuvre, notre propre bras. Ce qui ne se peut pas. Ce serait comme si nous ne pouvions pas faire ce que nous voulons. Ah ! non, non ! Notre amour et notre Volonté vont l’emporter et triompher de tout !

 


Correspondances dans « L’évangile tel qu’il m’a été révélé » de Maria Valtorta :

 

Si quelqu’un veut ajouter quelque chose, qu’il le fasse.

– Nous te demandons si c’est pour nous, les pharisiens, que tu as parlé.

– La synagogue serait-elle pleine de pharisiens ? Vous êtes quatre. La foule comprend des centaines de personnes. La parole est pour tout le monde.

– L’allusion était pourtant claire.

– En vérité, on n’a jamais vu quiconque s’accuser de lui-même alors qu’il n’est désigné que par une comparaison ! Or c’est ce que vous faites. Mais pourquoi vous accusez-vous si, moi, je ne vous accuse pas ? Peut-être savez-vous que vous agissez comme je l’ai dit ? Moi, je l’ignore. Mais, s’il en est ainsi, repentez-vous-en. Car l’homme est faible et peut pécher. Mais Dieu lui pardonne s’il se forme en lui un repentir sincère accompagné du désir de ne plus pécher. Mais il est certain que persévérer dans le mal est un double péché et le pardon ne descend pas sur lui.

– Nous, nous n’avons pas ce péché.

– Dans ce cas, ne vous affligez pas de mes paroles. »

L’incident est clos et la synagogue se remplit du chant des hymnes. Puis l’assemblée semble devoir se séparer sans autre incident.