Vendredi 16 Juillet 2021 - Disciples Amoureux Missionnaires

Notre Dame du Mont Carmel

De l’évangile de Jean 19, 25-27
Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère..Jn 19,25
Les souffrances et le Cœur transpercé de Jésus étaient réfléchis dans le Coeur de la Reine des douleurs.

 

Le livre du Ciel Tome 15, 23 mars 1923
Je pensais aux souffrances de ma Mère céleste. Se mouvant en moi, mon doux Jésus me dit : « Ma fille, je suis le Roi des douleurs. Étant à la fois homme et Dieu, je devais tout centrer en moi afin d’avoir la primauté sur toute chose, même sur les souffrances. Les souffrances de ma Mère étaient les réverbérations des miennes et, ainsi, elle a participé à toutes mes souffrances. Ses souffrances étaient telles qu’elle se sentait mourir à chaque réverbération, mais l’Amour la soutenait et la gardait en vie. C’est ainsi qu’elle est la Reine des douleurs. » Pendant qu’il disait cela, j’ai cru voir ma Mère céleste devant Jésus. Les souffrances et le Cœur transpercé de Jésus étaient réfléchis dans le Coeur de la Reine des douleurs. C’était comme des épées qui traversaient son Coeur. Ces épées étaient scellées par des Fiat de lumière qui l’inondaient complètement de lumière. Ces Fiat, d’une lumière resplendissante, la couvraient d’une telle gloire que les mots ne peuvent le décrire. Jésus dit : « Ce ne furent pas les douleurs qui firent de ma Mère la Reine des douleurs et la firent briller d’une telle gloire, mais mon Fiat omnipotent qui était joint à chacun de ses actes et chacune de ses douleurs. Mon Fiat était la vie de chacune de ses peines et l’acte premier formant les épées et leur donnant l’intensité nécessaire de  souffrance. Il pouvait infuser dans son Cœur transpercé autant de souffrances qu’il le voulait, ajoutant blessure sur blessure, peine sur peine, sans rencontrer la moindre résistance. Je me suis senti honoré de devenir la vie de chacun de ses battements de coeur. Mon Fiat lui donna une gloire complète et l’établit Reine légitime et véritable. « Quelles sont les âmes en lesquelles je peux déposer les réverbérations de mes souffrances et de ma vie ? Ce sont celles qui sont habitées par mon Fiat ; elles absorbent en elles mes réverbérations et je suis généreux en les faisant participer à tout ce que ma Volonté réalise en moi. J’attends les âmes dans ma Volonté, prêt à leur accorder une gloire complète pour tous leurs actes et toutes leurs peines. « En dehors de ma Volonté, cependant, je ne reconnais pas les actes ou les souffrances des âmes. Je pourrais leur dire : “ Je n’ai rien à vous donner. Quelle volonté vous animait dans vos actes et vos souffrances ? Cherchez là votre récompense. ” Faire le bien et souffrir sans référence à ma Volonté n’est que misérable esclavage. Seulement ma Volonté accorde une véritable domination, une vraie vertu et une véritable gloire pouvant transformer ce qui est humain en divin. »

 


Correspondances dans « L’évangile tel qu’il m’a été révélé » de Maria Valtorta :

Mais en attendant, toi qui te prétends saint, pourquoi permets-tu certaines choses ? Toi qui te dis Maître, pourquoi n’instruis-tu pas tes apôtres, avant les autres ? Regarde-les, derrière toi ! Les voilà, avec encore l’instrument du péché dans leurs mains ! Tu les vois ? Ils ont cueilli des épis, or c’est le sabbat. Ils ont cueilli des épis qui ne leur appartenaient pas. Ils ont violé le sabbat et ils ont volé. »

Pierre répond :

« Nous avions faim. Nous avons demandé logement et nourriture au village où nous sommes arrivés hier soir. Ils nous ont chassés. Seule une petite vieille nous a donné de son pain et une poignée d’olives. Que Dieu le lui rende au centuple, car elle a donné tout ce qu’elle avait et s’est contentée de demander une bénédiction. Nous avons marché pendant un mille, puis nous nous sommes arrêtés, comme la Loi le prescrit, et nous avons bu l’eau d’un ruisseau. Plus tard, au crépuscule, nous sommes allés à cette maison… Ils nous ont repoussés. Tu vois que nous avions la volonté d’obéir à la Loi.

– Mais vous ne l’avez pas fait. Il n’est pas permis, pendant le sabbat, de faire des travaux manuels et il n’est jamais permis de prendre ce qui appartient à autrui. Mes amis et moi, nous en sommes scandalisés.

– Moi, au contraire, je ne le suis pas, dit Jésus. N’avez-vous jamais lu comment David, à Nob, prit les pains consacrés pour se nourrir, lui et ses compagnons ? Les pains consacrés appartenaient à Dieu, dans sa maison, réservés par un ordre éternel aux prêtres. Il est dit : “ Ils appartiendront à Aaron et à ses fils qui les mangeront en un lieu sacré, car c’est une chose très sainte. ” Néanmoins, David les prit pour lui et ses compagnons parce qu’ils avaient faim. Or si le saint roi entra dans la maison de Dieu et mangea les pains consacrés le jour du sabbat, lui à qui il n’était pas permis de s’en nourrir – pourtant la chose ne lui fut pas comptée comme péché puisque Dieu continua encore après cela de lui garder son amour –, comment peux-tu dire que nous sommes pécheurs si nous cueillons sur le sol de Dieu les épis qui ont poussé et mûri par sa volonté, les épis qui appartiennent aussi aux oiseaux ? et tu refuses que les hommes s’en nourrissent, eux qui sont les enfants du Père ?