vendredi 11 juin 2021 - Disciples Amoureux Missionnaires
Solennité du Sacré-Cœur de jésus: Jean 19, 31-37
mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau. Jean 19, 34
Par ce coup de lance, j’ai voulu ouvrir dans mon Cœur un refuge pour toutes les âmes.

 

Les 24h de la passion de notre Seigneur Jésus-Christ, 23ème Heure.
«Mon enfant, j’avais tout donné. Par ce coup de lance, j’ai voulu ouvrir dans mon Cœur un refuge pour toutes les âmes. Mon Cœur ouvert, criera continuellement à tous:« Si vous voulez être sauvés, venez à moi ! En moi vous trouverez -la sainteté, -le soulagement dans les afflictions, -la force dans la faiblesse, -la paix dans les doutes,-la compagnie dans la solitude.
Ô âmes qui m’aimez: si vous voulez m’aimer vraiment, demeurez toujours dans ce Cœur. C’est ici que vous trouverez -l’Amour vrai pour aimer et -des flammes ardentes pour vous brûler et vous consumer d’Amour. Tout est concentré dans ce Cœur: c’est là que se trouvent -les sacrements, -la vie de mon Église, et -la vie de toutes les âmes. En lui, je ressens aussi -les profanations qui se font contre mon Église, -les intrigues de ses ennemis, -les flèches qu’ils lui décochent, -mes enfants qu’ils piétinent. Car il n’y a pas d’offense que mon Cœur ne ressente. Par conséquent, mon enfant, que ta vie soit en mon Cœur. -défends-le, -répare toutes les offenses contre lui, -conduis-y tous les gens.»

Correspondances dans « L’évangile tel qu’il m’a été révélé » de Maria Valtorta :

C’est alors que Longinus s’approche de Jean et lui dit un mot que je ne comprends pas, puis il se fait donner une lance par un soldat. Il regarde les femmes : elles s’occupent toutes de Marie, qui reprend lentement des forces, et tournent le dos à la croix.

Longinus se met en face du Crucifié, étudie bien le coup, puis le donne. La large lance pénètre profondément de bas en haut, de droite à gauche.

Jean qui se débat entre son désir de voir et l’horreur de la vision, détourne la tête un instant.

« C’est fait, mon ami » dit Longinus, avant d’ajouter : « C’est mieux ainsi. Comme à un cavalier, et sans briser les os… c’était vraiment un juste ! »

De la blessure suinte beaucoup d’eau et à peine un filet de sang qui déjà forme des caillots. Suinte, ai-je dit. Il ne sort qu’en filtrant par la coupure nette qui reste inerte. Si Jésus avait encore respiré, elle se serait ouverte et fermée par le mouvement du thorax et de l’abdomen…