TOUT CE QUE TU FAIS T’ATTEND AU CIEL ! - Disciples Amoureux Missionnaires

Homélie de jeudi 15 avril 2021: Jn 3,31-36

Ma bienheureuse fille, le Ciel est toujours ouvert pour celle qui vit dans ma Volonté. Elle se penche et fait avec la créature ce qu’elle est en train de faire. Elles aiment, travaillent, prient et réparent ensemble. Ma Volonté aime tellement ces actes accomplis ensemble qu’Elle ne les laisse pas dans les profondeurs de la terre mais les apporte jusque dans le Séjour Céleste pour les mettre à leur poste royal, telles des conquêtes faites dans le bas monde qui Lui appartient comme à sa créature bien-aimée. Ce qui est fait dans mon Vouloir appartient au Ciel. La terre n’est pas digne de le posséder; et combien grandes sont la sécurité et le bonheur que la créature acquiert en pensant que ses actes sont tous au pouvoir du Divin Fiat, qu’ils se trouvent au Ciel comme étant sa propriété non pas humaine mais Divine, et qu’ils attendent celle dont ils veulent former la cour et la couronne de gloire. L’amour, la jalousie et l’identification de ma Volonté avec ces actes sont si grands qu’Elle ne veut même pas les laisser dans la créature, mais qu’Elle les conserve en Elle-même comme partie de Sa vie et de la créature afin d’en profiter et d’avoir le plaisir d’être aimée, et comme une avance de la gloire qu’Elle lui donnera dans la Céleste Patrie. Ces actes accomplis dans ma Volonté racontent l’histoire d’amour entre le Créateur et la créature, et il n’est pas de plus grand plaisir que d’entendre raconter combien j’ai aimé, combien mon Amour en arrive à des excès, jusqu’à m’abaisser Moi-même, à vouloir faire avec elle ce que fait la créature. De plus, la créature Me dit son amour, qu’elle a reçu Mon acte en elle-même et qu’un amour réciproque se forme entre les deux et les rend heureux. Oh! Comme il est beau de voir qu’alors que la créature est toujours en exil, ses actes sont au Ciel comme Mes conquêtes que j’ai faites dans la volonté humaine, et qu’ils prennent chacun leur office, certains pour m’aimer comme Je sais aimer, d’autres pour m’adorer d’une Adoration Divine, et d’autres encore forment pour Moi une Musique Céleste pour m’exalter, Me louer et Me remercier du grand Prodige de l’Œuvre de ma Volonté. Par conséquent sois attentive et qu’il n’y ait rien où tu ne m’appelles afin que ce que tu fais soit toujours animé par ma Divine Volonté.
Vol 33, 10 mars 1935