NOTRE UNION AVEC LE CHRIST - Disciples Amoureux Missionnaires

Homélie de mercredi 14 avril 2021: Jean 3, 16-21

Ma bienheureuse fille, ma très Sainte Humanité était la dépositaire de ma Divine Volonté. Il n’y avait pas un seul acte, grand ou petit, dans lequel mon Humanité, se faisant comme un voile, ne cachait pas en toute chose mon Divin Fiat, même dans Mon souffle et dans Mon mouvement. D’ailleurs, je n’au- rais pas su comment respirer ni agir si Je ne l’avais pas eue en Moi. Mon Humanité Me servait de voile pour cacher ma Divinité et le grand Prodige du travail de mon Vouloir dans tous Mes actes. S’il n’en avait pas été ainsi, personne n’aurait été capable de m’approcher. Ma Majesté et la radieuse Lumière de ma Divinité aurait tout éclipsé, ils auraient tous été renversés et auraient fui loin de Moi. Qui aurait jamais osé Me causer la moindre peine? Mais j’aimais la créature et Je ne suis pas venu sur la terre pour faire étalage de ma Divinité, mais de mon Amour. Je voulais donc Me cacher sous le voile de mon Humanité pour fraterniser avec l’homme, pour faire ce que Je faisais, au point de lui permettre de Me causer des Souffrances inouïes et même la Mort.
À présent, la créature qui s’unit à mon Humanité dans tous ses actes et toutes ses souffrances, désirant trouver ma Volonté pour La faire sienne, brise le voile de mon Humanité et trouve dans Mes actes le Fruit, la Vie, et les Prodiges que j’ai accomplis en Moi; et elle reçoit comme sa Vie ce que j’ai fait en Moi. Et mon Humanité lui servira de soutien et de guide, Elle sera comme un Maître pour la façon de vivre dans ma Volonté, de telle sorte que Je m’aurai Moi-même sur la terre, qui continuera à agir sous un voile pour cacher ce que ma Volonté veut faire. Au contraire, celles qui Me cherchent sans mon Vouloir ne trouveront que mon voile et non la Vie de mon Vouloir qui ne pourra pas produire les Prodiges que mon Vouloir a opérés sous le couvert de mon Humanité. C’est toujours ma Volonté qui sait comment cacher dans la créature les plus grands Prodiges, les Soleils les plus radieux, les Merveilles encore inconnues, comme en chacune de mes Humanités sur la terre. Mais, hélas, Je les cherche et ne les trouve pas parce qu’il n’y a personne qui recherche ma Volonté avec fermeté.
Vol 36, 8 décembre 1938