DIMANCHE DE PÂQUES, année B      - Disciples Amoureux Missionnaires

Évangile (Jn  20, 1-9)

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Commentaire du père Jean-Jacques:

                           

                  « Il est ressuscité »

 

 

« Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ».
Il ne fait pas encore jour, mais une force intérieure pousse Marie Madeleine vers le tombeau. Persévérante jusqu’au bout, elle cherche son Sauveur, même si c’est pour lui donner les derniers soins. Elle nous rappelle ces paroles de jésus :  que « rien n’est impossible à Dieu » et encore : « Celui qui croit, verra la Gloire de Dieu ». Rien ni personne ne peut nous retirer l’espérance des promesses du Christ.
 L’homme peut retrouver la liberté et le bonheur de sa condition de fils ressuscité. Voilà la joie débordante de ce matin de Pâques.  Car c’est bien tous les hommes qui pourront partager sa Résurrection et naître de nouveau à cette vie nouvelle et divine qui nous est destinée de toute éternité. « Ma résurrection a donné le droit à toutes les créatures de ressusciter pour la béatitude éternelle » disait jésus à la vénérable Luisa Piccarreta.
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau ».
Avant de recevoir la confirmation, une jeune adulte me disait : « ce sera pour moi comme un renouveau, et plus d’Esprit Saint dans ma vie » !
 Ressusciter avec Jésus signifie accueillir ce renouveau de la foi en accueillant la victoire définitive de l’Amour qui vient régner dans nos cœurs.
La résurrection de Jésus nous libère de culpabilités passées, – éclaire nos cœurs comme un soleil qui illumine toutes nos actions, comme un soleil qui brille sur nos vies.
Ce n’est pas un confinement forcé qui nous enlèverait « cette empreinte glorieuse » qui nous fait déjà participer à la vie divine des saints et des bienheureux.
« Il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts ».
C’est encore au-delà de toutes explications rationnelles. Il meurt et ressuscite le troisième jour, et nous sommes les grands bénéficiaires de ses trésors divins. Nous avions oublié que nous étions des « rois » appelés à vivre du don de la Divine volonté.  Nous vivions dans la dépendance résignée et la peur de perdre nos attachements. Nous étions dans l’ignorance de ce bien qui nous était destiné.
Quelle surprise alors merveilleuse et quelle joie de pouvoir retrouver la sainteté que le Père nous a réservée.
 Aujourd’hui nous pouvons chanter et crier que « ressuscités avec Lui, avec Lui nous règnerons »
                                         
       Père Jean-Jacques Duten