AU CŒUR DE LA TEMPÊTE AYONS CONFIANCE ! - Disciples Amoureux Missionnaires

Homélie de samedi 30 Janvier 2021: Mc 4, 35-41

Ma fille, garde ton calme, n’aie pas peur. Ton Jésus ne te quitte pas. Je tiens beaucoup à ta confiance en Moi. Et Je ne veux pas que tu en manques le moindrement. J’aime tellement que les âmes me fassent totalement confiance que, souvent, Je ferme les yeux sur certaines de leurs fautes ou de leurs imperfections, ou -sur leur manque de correspondance à ma grâce, afin d’empêcher qu’elles ne me fassent pas totalement confiance.
En effet, si l’âme perd confiance. -elle devient comme séparée de Moi, repliée sur elle-même. -elle se tient loin de Moi et devient paralysée dans ses élans d’Amour envers Moi. Par suite, elle est peu disposée à se sacrifier pour Moi. Oh! que de ravages sont causés par le manque de confiance! On peut dire qu’il est comme une gelée printanière qui brime la vie des plantes et qui, si la gelée est sévère, les fait parfois mourir. Ainsi en est-il du manque de confiance: il bloque le développement des vertus et refroidit l’amour le plus ardent.
Oh ! comme il arrive souvent que mes objectifs les plus saints soient contrés par le manque de confiance !
C’est pourquoi Je tolère plus facilement certains défauts que le manque de confiance Parce que ces défauts ne peuvent jamais être aussi dommageables. …Comment pourrais-Je te laisser, après avoir tant travaillé dans ton âme? Regarde tout le travail que J’ y ai fait.»
En disant cela, Il me fit voir un palais somptueux et immense érigé de ses mains dans les profondeurs de mon âme. Il poursuivit: «Ma fille, comment pourrais – Je te quitter? Regarde le nombre de pièces : elles sont innombrables. Autant de Connaissances et de merveilles Je t’ai fait connaître sur ma Volonté, autant de pièces J’ai formées en toi afin d’y déposer tous ces biens. Il ne me reste qu’à ajouter quelques teintes nouvelles et rares afin de donner plus de proéminence et d’honneur à mon œuvre.
Crois-tu que Je pourrais quitter ce si beau travail fait de mes mains? Il m’a trop coûté! De plus, ma Volonté y est engagée. Et, là où ma Volonté se trouve, il y a la Vie, une Vie non sujette à la mort. Ta peur n’est rien d’autre qu’un petit manque de confiance de ta part.
Fais-Moi confiance et nous cheminerons harmonieusement ensemble. Et J’accomplirai en toi l’œuvre de ma Volonté.
Vol 17, 2 septembre 1924