23ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE. Année A - Disciples Amoureux Missionnaires

Évangile (Mt 18, 15-20)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si ton frère a commis un péché contre toi, va lui faire des reproches seul à seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends en plus avec toi une ou deux personnes afin que toute l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à l’assemblée de l’Église ; s’il refuse encore d’écouter l’Église, considère-le comme un païen et un publicain. Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel. Et pareillement, amen, je vous le dis, si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux. En effet, quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. »

Commentaire du père Jean-Jacques:

 

« Si ton frère a commis un péché contre toi… »
Nos rencontres sont faites d’échanges d’opinions et de partages et chacun se découvre à l’autre. Dieu nous a équipés pour vivre ensemble et nous aimés tel qu’Il nous le recommande dans sa Parole. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». (Lévitique 19,18). Ici, nous découvrons tous les jours les limites de « cet amour » fragile que nous désirons vivre. Nous aimons avec ce que nous sommes et il y a tellement de choses qui nous déplaisent de nous même et que nous haïssons inconsciemment. L’amour du prochain tel que Dieu le veut nous paraît impossible ou seulement réservé à « une petite élite de sainteté ».
 Le Christ nous lance ce grand défi de chercher à nous réconcilier pour nous aimer en vérité.
« Si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quoique ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux ».
Nous partons toujours de notre nature humaine et de notre misérable capacité à aimer l’autre. C’est un chemin désespérant qui nous laisse toujours frustrés et déçus. C’est seulement en contemplant l’amour inconditionnel du Père que nous devenons capables de nous aimer et de nous pardonner.
 En accueillant la « puissance de l’amour divin », nous délions sur la terre toutes les figures du mal, et nous participons à la venue du règne de Dieu pour qu’il soit sur la terre comme au Ciel.
Chaque jour est une nouvelle découverte de l’immense capacité qui nous est donnée de recevoir et de partager le don de Dieu. (St Jean 4 ; 5)
« Il est là au milieu de nous ». Il se rend présent et se précipite pour nous rejoindre lorsque nous l’appelons d’un cœur sincère.
 Son pardon nous libère et nous sommes porteurs de la force divine de son
amour dont le monde à besoin.
 
Père Jean-Jacques Duten