17ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE.  Année A - Disciples Amoureux Missionnaires

Évangile (Mt 13, 44-52)

En ce temps-là, Jésus disait à la foule ces paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ. Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète la perle. Le royaume des Cieux est encore comparable à un filet que l’on jette dans la mer, et qui ramène toutes sortes de poissons. Quand il est plein, on le tire sur le rivage, on s’assied, on ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges sortiront pour séparer les méchants du milieu des justes et les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents. » « Avez-vous compris tout cela ? » Ils lui répondent : « Oui ». Jésus ajouta : « C’est pourquoi tout scribe devenu disciple du royaume des Cieux est comparable à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien. »

Commentaire du père Jean-Jacques:

 

« Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ».

 

Dire que l’Évangile est un trésor que nous avons découvert, c’est reconnaître ce privilège d’avoir trouvé quelque chose d’exceptionnel et d’une valeur unique dans sa vie.

C’est pouvoir dire et croire que « cette bonne nouvelle » est pour moi, et que j’ai cette chance d’y découvrir des choses toujours nouvelles. En effet, là est un trésor qui a le pouvoir de transformer chaque instant et chaque jour de mon existence. « Quelle merveille tes exigences, aussi mon âme les garde ».

Dit le psaume.

 

« Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ »

 

Nous sommes assez fous pour ne pas saisir l’opportunité du trésor. Comme tout ce qui vient sans prévenir, il y a la peur de la nouveauté et des changements radicaux à venir.

Car Il s’agit pour prendre possession, de « tout laisser » ou de « tout vendre », c’est pareil, pour commencer une « nouvelle vie ». « Pour ceux-là » dit Paul : « Dieu fait tout contribuer pour leur bien, puisqu’ils sont appelés selon le dessein de son amour. » Quelle merveilleuse promesse !

Mais peut-être, trop belle, trop exagérée, trop irréelle pour ma nature timide attachée à ce qu’elle connaît. Je risque de laisser passer « la chance de ma vie ».

 

« On ramasse dans des paniers ce qui est bon, et on rejette ce qui ne vaut rien »

« Quand on peut « discerner le bien et le mal » (1ère lecture), on commence à travailler efficacement en vivant de la Divine volonté qui nous est confiée. On retient et on fait croître ce qui est bon. On peut déployer largement les filets de notre foi, de notre espérance généreuse, et de notre passion pour l’amour de Dieu.

Ne perdons rien de ce « trésor » de la vie divine que Jésus nous confie.

 Avec Lui, donnons et partageons la joie du Sauveur, car c’est le royaume de Dieu au-milieu de nous.

 

Père Jean-Jacques Duten