DIMANCHE DE LA DIVINE MISÉRICORDE - Disciples Amoureux Missionnaires

de « LA FOI QUI VOIT » à L’EXPÉRIENCE DE SA MISÉRICORDE.

Homélie de dimanche 19 Avril: Jn 20, 19-31

 

« Ma bienheureuse fille, bien qu’elle puisse être sainte,
la peur est toujours une vertu humaine. Elle brise l’envol de
l’amour et fait naître la crainte et la difficulté en faisant regarder
à gauche et à droite, et la créature en arrive à craindre Celui
qui l’aime tant. La peur fait perdre le doux enchantement de la
confiance qui fait vivre la créature dans les bras de son Jésus et
si sa crainte est trop grande, elle perd Jésus et vit toute seule.
Au contraire, l’amour est une Vertu Divine dont le feu contient
la vertu purifiante pour nettoyer l’âme de toute tache, l’unir
et la transformer en son Jésus. L’amour donne à l’âme une
confiance qui ravit Jésus. Le doux enchantement de la confiance
est tel qu’ils se ravissent l’un l’autre et que l’un ne peut pas
être sans l’autre. Et si elle regarde, l’âme ne voit que Celui qui
l’aime tant. Si bien que son être devient enfermé dans l’amour
et comme l’Amour est l’enfant inséparable du Divin Vouloir, Il
accorde la première place à ma Divine Volonté. Il s’étend dans
tous les actes de la créature humaine et spirituelle, ennoblit
toutes choses, et les actes humains restent dans la forme et
la matière avec lesquelles ils ont été formés; ils ne subissent
pas un changement externe et tout changement reste dans la
profondeur de la volonté humaine. Tout ce qu’elle fait reste,
même les choses les plus indifférentes, pour se changer en
choses divines et confirmées par la Divine Volonté. L’oeuvre
de ma Volonté est incessante et porte sur tout ce que fait
la créature. Elle étend son séjour de paix et telle une vraie
Mère Elle enrichit sa chère fille de Conquêtes Divines. Par
conséquent, écarte toute peur. Dans mon Vouloir, la crainte,
la peur ou la méfiance n’ont aucun droit à l’existence. Ce ne
sont pas des choses qui Nous appartiennent et tu ne dois vivre

que d’Amour et de ma Volonté. Tu dois savoir que l’une des
joies les plus pures que la créature puisse Me donner est de
Me faire confiance. Elle est alors pour Moi une fille et Je fais
pour elle ce que Je veux. Je peux dire que la confiance en Moi
fait connaître qui Je suis. Je suis l’Être Immense, ma Bonté
n’a pas de fin, ma Miséricorde est sans limites et lorsque Je
rencontre plus de confiance, j’aime les créatures avec encore
plus d’abondance. »