2ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE, année A   - Disciples Amoureux Missionnaires

Évangile (Jn 1, 29-34)

En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.’ Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

Commentaire du père Jean-Jacques:

 

               « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde »

 

 

Jean-Baptiste déclare dans sa foi Celui qui est le libérateur de l’humanité.
« L’Agneau » de Dieu, c’est-à-dire : « donné par Dieu ». Nous avons à l’accueillir dans la foi. Il est « l’Agneau » pourvu par Dieu à la place d’Isaac (Gen 22). Jésus se présente comme « le serviteur humble », mais qui est : « la lumière des nations qui vient rassembler tous les peuples dispersés » (1ière lecture).

 

             « Et moi je ne le connaissais pas ».

 

Après quarante jours au désert, Jésus se présente au milieu de la foule et sa divinité est cachée par son humanité. Mais Il « se laisse trouver par ceux qui le cherche ».

 

« Celui-là baptise dans l’Esprit-Saint ».

 

 

« Il est le témoignage » de l’amour du Père pour les hommes. « Le Fils de Dieu » annoncé par les Écritures. Et c’est nous qui recevons l’appel à « être saints en invoquant son nom » (2ième lecture).
Comme Jean-Baptiste, nous devons désigner l’Agneau de Dieu à tous les hommes.
Nous annonçons cette bonne nouvelle, et le Christ nous fait partager sa joie en nous donnant sa divinité.
  Père Jean-Jacques Duten