SAMEDI SAINT - La Désolation de la Vierge Marie - Disciples Amoureux Missionnaires

RÉVÉLATION DE LA PASSION À LUISA PICCARRETA

La très Sainte Vierge trouvait la force de supporter ses douleurs dans la Divine Volonté .LDC 21 – 16 Avril 1927 

 

« Ma fille, veux-tu savoir comment ma Mère pu avoir la force de Me laisser? Son secret résidait dans le fait que ma Volonté régnait en Elle. Vivant d’une Volonté Divine, Elle possédait, ainsi, une force  incommensurable.Il faut que tu saches que, quand ma Mère, le cœur transpercé,
me laissa dans le sépulcre ,
ma Volonté la tenait immergée en deux mers immenses:
-une mer de douleur et,
-l’autre plus étendue, de joies, de béatitudes.

Si la première l’accablait de tous les martyres,
la deuxième Lui apportait tous les bonheurs.
Sa belle âme me suivit dans les limbes.
Elle assista à la fête que Me firent
tous les patriarches, les prophètes, son père, sa mère, notre cher Saint Joseph.

Les limbes, grâce à ma présence, se transformèrent en Paradis.
Je ne pus m’empêcher
de faire assister et participer Celle qui partagea mes peines,
à cette première fête des créatures.

Sa joie fut telle, qu’Elle eut la force de se séparer de mon corps.
Elle se retirait et attendant l’accomplissement de ma Résurrection
qui représentait celui de la Rédemption.

La joie la soutenait dans la douleur, et la douleur dans la joie.

Celle qui possède ma Volonté ne peut manquer
-ni de force,
-ni de puissance,
-ni de joie.
Tout est à sa disposition.