Dimanche 12 septembre 2021 - Disciples Amoureux Missionnaires
De l’évangile de Marc 8, 27-35
« Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. » Saint Marc 8, 34
[…] quand J’ai porté ma Croix, J’ai senti à la fois la douceur et l’âpreté des croix des âmes qui ont souffert dans ma Volonté.
Le Livre du Ciel Tome 14, 14 février 1922
« Ma fille, quand J’ai reçu la Croix, Je l’ai observée de haut en bas afin de voir la place que chaque âme occupait sur elle. Et, contemplant chaque âme, J’ai regardé avec plus d’amour et J’ai accordé une attention toute spéciale à celles qui avaient vécu dans ma Volonté. Quand J’ai observé ces âmes, J’ai vu leur croix aussi longue et large que la mienne parce que ma Volonté a suppléé à la longueur et à la largeur qui lui manquaient. Oh ! Comme ta croix se détachait, longue et large -à cause de tes nombreuses années passées au lit, endurées uniquement pour accomplir ma Volonté. Alors que ma Croix était là seulement pour satisfaire la Volonté de mon Père céleste, la tienne était là pour réaliser ma Volonté. Les deux se sont fait mutuellement honneur. Comme elles avaient les mêmes dimensions, elles ont fusionné. Ma Volonté possède la vertu -d’adoucir la dureté des croix, -d’atténuer leur âpreté, -de les allonger et -de les élargir pour qu’elles deviennent comme la mienne. Pour cette raison, quand J’ai porté ma Croix, J’ai senti à la fois la douceur et l’âpreté des croix des âmes -qui ont souffert dans ma Volonté. Oh ! Quel soulagement elles ont apporté à mon Cœur ! Mais, en même temps, -la lourdeur de ces croix a fait ma Croix s’enfoncer dans mon Épaule -au point qu’elle a causé une blessure profonde. Malgré la douleur aiguë que Je subissais, J’ai senti en même temps la douceur des âmes qui ont souffert dans ma Volonté. Comme ma Volonté est éternelle, – leurs souffrances, – leurs réparations et – leurs actes ont habité chaque goutte de mon sang, pénétré chacune de mes blessures, chacune de mes offenses reçues. Ma Volonté m’a fait voir comme présentes – toutes les offenses des créatures, – à partir de celles du premier homme, jusqu’à celles du dernier. C’est par égard pour les âmes qui allaient vivre dans ma Volonté que J’ai décrété la Rédemption. Si d’autres âmes peuvent bénéficier de la Rédemption, c’est à cause de ces âmes qui ont vécu dans ma Volonté. Il n’est aucun bien que J’accorde, -autant au Ciel que sur la terre, si ce n’est par égard pour ces âmes. »

Correspondances dans « L’évangile tel qu’il m’a été révélé » de Maria Valtorta :

Mais les gens, vous qui les approchez si familièrement plus que moi, et sans la timidité que je peux susciter, que disent-ils que je suis ? Et comment définissent-ils le Fils de l’homme ?

– Certains disent que tu es Jésus, c’est-à-dire le Christ, et ce sont les meilleurs. D’autres te qualifient de prophète, d’autres seulement de rabbi, et d’autres, tu le sais, te disent fou et possédé.

– Quelques-uns pourtant se servent pour toi du nom que tu te donnes et ils t’appellent : “ Fils de l’homme ”.

– Et certains aussi disent que c’est impossible, parce que le Fils de l’homme, c’est bien différent. Et cela n’est pas toujours une négation car, au fond, ils admettent que tu es plus que Fils de l’homme : tu es le Fils de Dieu. D’autres, au contraire, prétendent que tu n’es même pas le Fils de l’homme, mais un pauvre homme que Satan agite ou que la démence bouleverse. Tu vois que les opinions sont nombreuses et toutes différentes, dit Barthélemy.

– Mais pour les gens, qu’est-ce donc que le Fils de l’homme ?

– C’est un homme en qui se retrouvent toutes les plus belles vertus de l’homme, un homme qui réunit en lui-même toutes les qualités requises d’intelligence, de sagesse, de grâce, dont nous pensons qu’elles étaient en Adam ; certains ajoutent même à ces qualités celle de ne pas mourir. Tu sais que la rumeur circule déjà que Jean-Baptiste n’est pas mort, mais seulement transporté ailleurs par les anges et qu’Hérode, pour ne pas se dire vaincu par Dieu – et plus encore Hérodiade –, ont tué un serviteur et, après l’avoir décapité, ont présenté son corps mutilé comme le cadavre de Jean-Baptiste. Les gens racontent tant de choses ! Ainsi plusieurs pensent que le Fils de l’homme est Jérémie ou bien Elie, ou l’un des prophètes, et même Jean-Baptiste en personne, en qui étaient grâce et sagesse et qui se disait le précurseur du Christ. Le Christ est l’Oint de Dieu. Le Fils de l’homme est un grand homme né de l’homme. Un grand nombre ne peut admettre, ou ne veut pas admettre, que Dieu ait pu envoyer son Fils sur la terre. Tu l’as dit hier : “ Seuls ceux qui sont convaincus de l’infinie bonté de Dieu croiront. ” Israël croit davantage à la rigueur de Dieu qu’à sa bonté…, dit encore Barthélemy.

– Oui. En effet, ils se sentent si indignes qu’ils jugent impossible que Dieu soit assez bon pour envoyer son Verbe pour les sauver. Ce qui fait obstacle à leur foi, c’est la dégradation de leurs âmes » confirme Simon le Zélote, avant d’ajouter : « Tu dis que tu es le Fils de Dieu et de l’homme. En effet, en toi, se trouvent toute grâce et toute sagesse comme homme. Et je crois réellement que quelqu’un qui serait né d’Adam en état de grâce t’aurait ressemblé pour ce qui est de la beauté, de l’intelligence et de toute autre qualité. Et Dieu brille en toi pour ce qui est de la puissance. Mais qui peut le croire parmi ceux qui se croient dieux et qui, dans leur orgueil démesuré, mesurent Dieu à l’aune de ce qu’ils sont ? Eux, les cruels, les haineux, les rapaces, les impurs, ne peuvent certainement pas penser que Dieu ait poussé sa douceur jusqu’à se donner lui-même pour les racheter, avec son amour pour les sauver, sa générosité pour se livrer à l’homme, sa pureté pour se sacrifier parmi nous. Non, ils ne le peuvent pas, eux qui sont si impitoyables et pointilleux pour rechercher et punir les fautes