Jeudi 10 juin 2021 - Disciples Amoureux Missionnaires
De l’évangile de Matthieu 5, 20-26
« Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. » Saint Matthieu (5, 23-24)

« Va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. […] Si je ne réconciliais pas ces deux volontés opposées, comment pouvais-je former la Rédemption ? »

Le Livre du Ciel Tome 23, 12 février 1928

« Ma fille, tu dois savoir que mon Humanité a refait en elle-même tous les actes rejetés par les créatures et que ma Divine Volonté, en se donnant à elles, voulait qu’elles accomplissent. Je les ai tous refaits et je les ai déposés en moi afin de former son Royaume, attendant le temps propice pour les faire sortir de moi et les déposer dans les créatures comme fondement de ce Royaume. Si je n’avais pas fait cela, le Royaume de ma Volonté n’aurait pas pu prendre place parmi les créatures parce que moi seul, Dieu et homme à la fois, j’étais capable de me substituer à l’homme, de recevoir en moi toutes les œuvres que les créatures étaient censées recevoir et accomplir, et de les leur communiquer. Car en Éden, les deux volontés, humaine et divine, demeuraient en une sorte d’hostilité du fait que la volonté humaine s’opposait à la Volonté divine. Et toutes les autres offenses en étaient la conséquence. J’ai dû par conséquent commencer par refaire en moi tous les actes opposés au divin Fiat et lui faire étendre son Royaume en moi. Si je ne réconciliais pas ces deux volontés opposées, comment pouvais-je former la Rédemption ? Le premier acte que j’ai accompli sur terre fut donc de rétablir cette harmonie, cet ordre entre les deux volontés afin de former mon Royaume ; et la Rédemption en était comme la conséquence. Il fallait que j’efface les conséquences du mal que la volonté humaine avait produites, et j’ai donné des remèdes très efficaces pour manifester le grand bien du Royaume de ma Volonté. Les reflets de la lumière de ma Volonté ne font que t’apporter les actes que contient mon Humanité pour faire que tout soit Divine Volonté en toi. Aussi, sois attentive, suis ma Divine Volonté et ne crains rien. »


Correspondances dans « L’évangile tel qu’il m’a été révélé » de Maria Valtorta :

Si grand est le commandement d’amour pour le prochain, le perfectionnement du commandement d’amour pour le prochain, que je ne vous dis plus comme il était dit : « Ne tuez pas » [23] car celui qui tue sera condamné par les hommes. Mais je vous dit :  « Ne vous fâchez pas » parce que vous êtes soumis à un jugement plus élevé et qui tient compte même des actions immatérielles. Celui qui aura insulté son frère sera condamné par le Sanhédrin. Mais celui qui l’aura traité de fou et aura ainsi fait du tort sera condamné par Dieu [24] Il est inutile de faire des offrandes à l’autel si auparavant, du fond du cœur, on n’a pas sacrifié ses propres rancœurs pour l’amour de Dieu et si on n’a pas accompli le rite très saint de savoir pardonner. Par conséquent, quand tu es sur le point de faire une offrande à Dieu, si tu te souviens d’avoir mal agi envers ton frère ou d’avoir en toi de la rancœur pour une de ses fautes, laisse ton offrande devant l’autel, immole d’abord ton amour propre en te réconciliant avec ton frère[25] et viens ensuite à l’autel et saint sera alors, seulement alors, ton sacrifice. Le bon accord est toujours la meilleure des affaires. Précaire est le jugement de l’homme et celui qui le brave obstinément pourrait bien perdre sa cause et devoir payer à son adversaire tout ce qu’il possède ou languir en prison.

En toutes choses, élevez votre regard vers Dieu. Demandez-vous : « Ai-je le droit de faire aux autres ce que Dieu ne me fait pas ? » Car Dieu n’est pas inexorable et obstiné comme vous. Malheur à vous s’Il l’était ! Personne ne se sauverait. Que cette réflexion vous amène à des sentiments doux, humbles, pleins de pitié. Et alors, ici-bas et ensuite, vous aurez de la part de Dieu la récompense.