Samedi Saint 2021 - Disciples Amoureux Missionnaires
 
Les 24 Heures de la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ
 24 ème Heure de 16h à 17h: La Désolation de la Vierge Marie

«Elles me coûtent trop, les âmes, elles me coûtent la Vie d’un Fils Dieu. Et moi, comme Corédemptrice et Mère, je les lie à toi, ô Croix.»

 


(…)Maman angoissée
, je vois que tu adresses ton dernier adieu au Cœur transpercé de Jésus.
Ici ton Cœur maternel subit le dernier assaut. Tu le sens s’arracher de ta Poitrine par la véhémence de ton Amour et de ta Douleur.
Il sent le besoin de faire sien le Cœur infiniment saint de Jésus, son Amour rejeté par tant de créatures, ses douleurs, ses blessures,
ses nombreux Désirs ardents non réalisés à cause des ingratitudes des créatures.
Tu regardes avec étonnement la grande Blessure de ce Cœur. Tu Lui donnes des baisers. Tu en touches le Sang.
Comme si tu en avais acquis la Vie,  tu ressens la force de réaliser l’amère séparation. Et après avoir embrassé ton Jésus, tu permets qu’on ferme le sépulcre!…
Avec un effort surhumain, tu te détaches du sépulcre et tu entreprends de retourner à Jérusalem   par le même chemin que tu as suivi pour venir. Tu as fait à peine quelques pas et la Croix se présente à toi, la Croix sur laquelle Jésus a tant souffert et est mort.
Tu cours et tu l’embrasses. Tu vois la Croix teintée de Sang.
Alors, les Douleurs que Jésus a souffertes sur elle se renouvellent une à une dans ton Cœur. Tu ne peux plus contenir tant d’angoisse. Tu t’exclames désolée:
«Ô Croix, pourquoi as-tu été si cruelle envers mon Fils? Oh! tu ne l’as épargné en rien! Tu as été inflexible!
Tu ne m’as pas permis, à moi, sa Mère souffrante,  de lui donner ne serait-ce qu’une gorgée d’eau quand Il la demandait,
alors qu’à sa Bouche desséchée on donna du fiel et du vinaigre! Ah! Je sentais fondre mon Cœur transpercé et
j’aurais voulu apprêter pour ses Lèvres mon Cœur liquéfié pour Le désaltérer!
Ô Croix à la fois cruelle et sainte, tu as été sanctifiée et divinisée au contact de mon Fils! Cette cruauté dont tu as fait usage envers Lui,
change-la en compassion pour les misérables mortels, en raison des peines qu’Il a souffertes sur toi, obtiens par ses prières et ses souffrances la force pour les âmes souffrantes.
Qu’aucune d’entre elles ne se perde à cause des tribulations et des croix.
Et moi, comme Corédemptrice et Mère, je les lie à toi, ô Croix.
Et c’est en te donnant des Baisers que je pars.»(…)
Et tu parviens à cet endroit où tu rencontras Jésus sous le poids énorme de la Croix, exténué, ruisselant de Sang, avec un faisceau d’épines sur la Tête, lesquelles, heurtant la Croix, pénétraient en dedans, Lui donnant des douleurs extrêmes.
Alors, rencontrant les tiens, les regards de Jésus cherchaient de la pitié. Mais, pour vous priver tous les deux de tout soulagement, les soldats bousculèrent Jésus, le firent tomber, lui faisant verser du Sang nouveau. Tu vois le terrain encore imprégné de son Sang.
Tu te prosternes à terre et tu baises ce Sang et je t’entends dire:

« Mes anges, venez vous mettre de garde auprès de ce Sang, afin que pas une goutte ne soit foulée aux pieds et profanée.»
Parce que tu as la vue de Jésus dans tes yeux, toutes les offenses des créatures apparaissent devant toi. Quelles amertumes !
Comme toutes les douleurs de Jésus sont en toi, tu comprends toutes ses Souffrances.
Une douleur n’attend pas l’autre. En écoutant, tu deviens sourde à cause de l’écho des voix des créatures
et de la variété des offenses qui atteignent ton cœur et le transpercent.
Et tu dis : « Mon Fils, comme Tu as souffert ! » (…)

 

Correspondances dans « L’évangile tel qu’il m’a été révélé » de Maria Valtorta :
 « Jésus ! Jésus ! Où es-tu ? M’entends-tu encore ? Entends-tu ta pauvre Maman qui crie, en ce moment, ton nom saint et béni, après l’avoir gardé dans son cœur pendant tant d’heures ? Ton saint nom, qui a été mon amour, l’amour de mes lèvres qui goûtaient une saveur de miel en disant ton nom, de mes lèvres qui maintenant, au contraire, semblent en le disant boire l’amertume restée sur tes lèvres, l’amertume de l’atroce mixture… Ton nom, amour de mon cœur qui se gonflait de joie quand il le prononçait, comme il s’était dilaté pour transvaser son sang, t’accueillir et t’en revêtir quand tu es descendu du Ciel vers moi, si petit, si minuscule, que tu aurais pu tenir dans le calice de la menthe sauvage, toi qui es si grand, toi, le Puissant anéanti dans un germe d’homme pour le salut du monde. Ton nom, douleur de mon cœur, maintenant qu’il est arraché aux caresses de ta Maman pour te jeter dans les bras des bourreaux qui t’ont torturé jusqu’à te faire mourir !

J’ai le cœur brisé par ce nom que j’ai dû renfermer pendant tant d’heures et dont le cri augmentait à mesure que croissait ta douleur, jusqu’à l’abattre, comme s’il était foulé par le pied d’un géant. Oui, ma douleur est gigantesque, elle m’écrase, elle me broie et il n’est rien qui puisse la soulager. A qui dire ton nom ? Rien ne répond à mon cri. Même si je hurlais jusqu’à fendre la pierre qui ferme ton tombeau, tu ne l’entendrais pas, puisque tu es mort. Tu n’entends plus ta Maman !

Que de fois ne t’ai-je pas appelé, pendant ces trente-quatre ans, ô mon Fils ! Du moment où j’ai su que je devais être Mère, et que mon enfant s’appellerait “ Jésus ! ”. Tu n’étais pas encore né que moi, en caressant le sein où tu grandissais, je t’appelais doucement : “ Jésus ! ” et il me semblait que tu remuais pour me répondre : “ Maman ! ”

Je te donnais déjà une voix, je la rêvais déjà. Je l’entendais avant même qu’elle n’existe. Et quand je l’ai entendue, faible comme celle d’un agneau qui vient de naître, qui tremblait dans la nuit froide pendant laquelle tu es né, j’ai connu l’abîme de la joie… et je croyais avoir connu l’abîme de la douleur parce que c’étaient les pleurs de mon Enfant qui avait froid, qui était mal à l’aise, qui versait ses premières larmes de Rédempteur. Or je n’avais pas de feu ni de berceau, et je ne pouvais souffrir à ta place, Jésus. Je n’avais que mon sein comme feu et oreiller, et mon amour pour t’adorer, mon saint Fils.

Je croyais avoir connu l’abîme de la douleur… ce n’en était que l’aube. Maintenant, c’en est le midi. Ce n’en était que l’amorce, maintenant c’en est le fond. C’est l’abîme ce que je touche maintenant, après y être descendue au cours de ces trente-quatre années, bousculée par tant d’aléas et prostrée, aujourd’hui, sur le fond horrible de ta croix.

Quand tu étais petit, je te berçais en chantonnant : “ Jésus ! Jésus ! ” Quelle harmonie plus sainte et plus belle que ce nom qui fait sourire les anges au Ciel ? Pour moi, il était plus beau que le chant, si doux, des anges dans la nuit de ta naissance. J’y voyais le Ciel, c’était le Ciel entier que je contemplais à travers ce nom. Et maintenant, en te le disant, à toi qui es mort et qui ne m’entends pas, et ne me réponds pas, comme si tu n’avais jamais existé, je vois l’Enfer, tout l’Enfer. Voilà : je comprends maintenant ce que veut dire être damné. C’est ne plus pouvoir dire : “ Jésus ! ” Quelle horreur !

Combien de temps durera cet enfer pour ta Maman ? Tu as dit : “ En trois jours, je reconstruirai ce Temple. ” Je me répète cette parole toute la journée, pour ne pas tomber morte, pour être prête à te saluer à ton retour, et te servir encore… Mais comment pourrai-je te savoir mort, pendant trois jours ? Trois jours dans la mort, toi, toi, ma vie ? (…)