L'ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE - Disciples Amoureux Missionnaires

                       L’ASSOMPTION DE LA TRÈS SAINTE VIERGE MARIE

 

“Ma fille, le vrai nom de cette fête, devrait être : `La fête de la Divine Volonté´. Ce fût la volonté humaine qui a fermé le Ciel, qui détruisit les liens avec son Créateur, celle qui fit sortir toutes les misères, la douleur, et mit fin aux fêtes dont la créature devait jouir au Ciel. Maintenant, cette créature, Reine de tous, en faisant toujours et en tout la Volonté de l’Éternel, plus encore, on peut dire que sa vie fût seulement la Volonté Divine, ouvrit le Ciel, se lia avec l’Éternel et fit revenir les fêtes du Ciel avec la Créature ; chaque acte qu’elle faisaient dans la Volonté Suprême était une fête qui commençait au Ciel, c’était des soleils qu’Elle formait comme ornements de cette fête, c’était des musiques qu’Elle envoyait pour réjouir la Jérusalem céleste, ainsi la vraie cause de cette fête c’est la Volonté Éternelle œuvrant et à son achèvement dans ma Maman Céleste, qui œuvra de tels prodiges en Elle, qui laissèrent stupéfaits Ciel et terre, enchaînât l’Éternel par des liens indissolubles d’amour, captura le Verbe Éternel jusque dans son sein, les anges même, capturés, répétaient entre eux : `d’où vient tant de gloire, tant d’honneur, tant de grandeur et tant de prodiges jamais vus, dans cette admirable Créature ? Cependant c’est bien de l’exil qu’elle vient. Et étonnés, reconnaissaient la Volonté de leur Créateur comme vie et œuvrant (opérant) en Elle, et tremblant disaient : `Sainte, Sainte, Sainte, honneur et gloire à la Volonté de notre Souverain Seigneur et gloire et trois fois Sainte Celle qui a fait œuvrer cette Suprême Volonté ! Ainsi c’est ma Volonté qui plus que tout était et est fêtée le jour de l’Assomption dans le Ciel de ma Très Sainte Mère ; ce fût ma Volonté uniquement celle qui la fit monter si haut et se distingua entre tous (toutes les créatures), tout le reste aurait été rien si Elle n’avait pas possédé le prodige de mon Vouloir. »
Le Livre du Ciel tome 18-15 août 1925

 


La fête de l’Assomption est la plus belle et la plus sublime des fêtes.

 

Cette Reine Vierge est un Prodige continu.

Ce qu’elle a fait sur la terre, elle le continue au ciel.
Parce que notre Volonté, quand elle opère autant dans la créature qu’elle le fait en Nous,
cet acte alors ne finit jamais.
Et lorsque notre Volonté demeure dans la créature, Elle peut se donner à tous.
Le soleil arrête-t-il de donner sa lumière
parce qu’il a tant donné aux générations humaines ? Pas du tout.
Même s’il a tellement donné, il est toujours riche de sa lumière, sans perdre même une seule goutte de lumière. Ainsi, la gloire de cette Reine est insurpassable.

Parce qu’elle a en sa possession notre Volonté opérante
qui a la vertu
de former dans la créature des actes éternels et infinis.
Elle Nous aime toujours et ne cesse jamais de Nous aimer avec nos Vies qu’elle possède. Elle Nous aime avec notre Amour. Elle Nous aime partout.
Son amour remplit le ciel et la terre et court se décharger dans notre Sein divin.
Et nous l’aimons tellement que Nous ne savons comment être sans l’aimer.

Et alors qu’elle Nous aime, elle aime toutes les créatures et elle Nous fait aimer par toutes.
Qui peut lui résister et ne pas lui donner ce qu’elle veut?

De plus, c’est notre Vouloir lui-même qui demande ce qu’elle veut et qui, par ses liens éternels, nous lie partout. Nous ne pouvons rien lui refuser.

Ainsi, la fête de l’Assomption est la plus belle.

Parce que c’est la fête de ma Volonté opérante dans cette grande Dame
Ceci l’a rendue si riche et si belle que les cieux sont incapables de la contenir.
Les anges eux-mêmes en restent muets et ne savent comment parler de ce que ma Volonté accomplit dans la créature…
Ma fille, sa Beauté est inatteignable. Elle enchante, fascine et conquiert.
Son amour est si grand qu’il s’offre à tous, qu’il aime tous et qu’il laisse derrière lui des mers d’amour.

On peut l’appeler Reine de l’Amour, Conquérante de l’Amour,
qui a tellement aimé que par cet Amour, elle a gagné son Dieu.

Tu dois savoir que l’homme, en faisant sa volonté, a brisé les liens
-avec son Créateur et avec toutes les choses créées.

Cette céleste Reine, avec la Puissance de notre Fiat qu’elle possédait,
-a réuni son Créateur avec les créatures,
-a réuni tous les êtres ensemble, les a unis et ordonnés.
Et avec son amour elle a donné une vie nouvelle aux générations humaines.

Son amour était si grand qu’il recouvrait et cachait en lui
-les faiblesses, les maux, les péchés et les créatures elles-mêmes dans ses mers d’amour.
Oh ! si cette Sainte Vierge ne possédait pas tant d’amour,
– il nous serait difficile de regarder la terre !


Mais non seulement son amour Nous la fait regarder.
Mais il nous fait vouloir que notre Volonté règne sur la terre parce qu’elle le veut ainsi.

Elle veut donner à ses enfants ce qu’elle possède.
Et par l’Amour, elle fera notre conquête et celle de ses enfants.
 Le livre du Ciel Tome 36 – 15 août 1938