15ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE. Année A - Disciples Amoureux Missionnaires

Évangile (Mt 13, 1-23)

Ce jour-là, Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage. Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! » Les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » Il leur répondit : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donné à ceux-là. À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; à celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a. Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils écoutent sans écouter ni comprendre. Ainsi s’accomplit pour eux la prophétie d’Isaïe : Vous aurez beau écouter, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas. Le cœur de ce peuple s’est alourdi : ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouché les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guérirai. Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent ! Amen, je vous le dis : beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. Vous donc, écoutez ce que veut dire la parabole du semeur. Quand quelqu’un entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semé dans son cœur : celui-là, c’est le terrain ensemencé au bord du chemin. Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la détresse ou la persécution à cause de la Parole, il trébuche aussitôt. Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est celui qui entend la Parole ; mais le souci du monde et la séduction de la richesse étouffent la Parole, qui ne donne pas de fruit. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »

Commentaire du père Jean-Jacques:

 

 « Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin »
Depuis les origines, Dieu parle aux hommes pour les conduire dans sa Divine Volonté. Il a donné des commandements comme guides puis il est descendu lui-même comme le Verbe, la Parole vivante. Et Il réussit toujours dans ses projets. « Ma parole » dit-il : « ne me reviendra pas sans résultats, sans avoir accompli ce qui me plaît ».
« Des grains sont tombés sur le sol pierreux où il n’y avait pas beaucoup de terre ».
Ce sont les bons conseils que nous n’avons pas su écoutés. La paresse, l’ignorance, la peur ou bien d’autres choses, suffisent pour nous fermer en nous-mêmes. Mais Dieu n’abandonne jamais.
« Des graines sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés ».
Ce sont les mauvaises habitudes qui se sont installées dans la routine du quotidien. L’impatience, l’égoïsme, la critique et bien d’autres choses ont suffi pour rendre stériles toutes nos bonnes initiatives. Mais Dieu n’abandonne jamais.
Tout est espérance et croissance dans le Créateur qui sait rendre fécond ce qui était stérile. Il peut changer nos cœurs et restaurer en nous l’image de Celui qui nous a créés. Nous portons la semence de la vie divine. C’est une « nouvelle création » et les fruits dépassent ce que nous pourrons imaginer.
Il faut entretenir en nous l’espérance invincible du Règne de Dieu dans nos cœurs et dans ce monde.
 
Père Jean-Jacques Duten