POINT DE VUE DIVIN ... - Disciples Amoureux Missionnaires

POINT DE VUE DIVIN : LA PANDÉMIE À LA LUMIÈRE DE LA DIVINE VOLONTÉ.

 

 » Si tu es décidé de vivre dans la Divine Volonté et de ne jamais faire ta volonté, mais seulement celle de Dieu, Jésus te prendra au mot et fera le nécéssaire. Il trouve plus d’interêt à ce que tu vives dans sa Volonté que toi même. Il se fera le gardien vigilant de sa vie qu’il a déposé en toi. Il te prodiguera tous ses soins paternels pour s’assurer que tu demeures dans cette disposition si sainte. Tu dois savoir que Notre Seigneur s’adapte à notre capacité humaine et facilite ce qu’il attend de nous. Il attend de nous constance et application. Notre inconstance nous écarte de la constance de Dieu »
Correspondance de Luisa Piccarreta

 

          Questions et réponses sur la Divine Volonté en ces temps d’épreuves.

 

Ce que nous vivons est-il le commencement de tout ce qui a été annoncé par la Vierge Marie ou d’autres révélations approuvées par l’Église ?

 

D’abord il est bon de croire aux révélations privées qui sont approuvées par l’Église, et même d’autres quand les serviteurs de Dieu ont une vie sainte et obéissent. Elles sont une aide sur le chemin, elles mettent en lumière les enseignements de Jésus[1].  Si Dieu les donne c’est pour une raison. Il veut nous enseigner et expliciter, comme le dit le Catéchisme de l’Église[2], le contenu de la révélation publique. Dieu veut au long des siècles découvrir et manifester aux hommes son Amour. Souvent on n’adhère pas aux révélations privées ou même on les méprise un peu car il manque un vécu surnaturel, une expérience de foi. Il manque à l’âme une certaine intimité avec Dieu qui la pousse à chercher la face de Dieu, désireuse de discerner les signes des temps.
On ne peut pas dire si c’est cette crise sanitaire d’ampleur mondiale est le début d’une cascade d’évènements catastrophiques, ou seulement un avertissement. Dieu nous rappelle pour le moment qu’il est là. N’écoutons pas toutes les prophéties de malheur et ceux qui vous disent que le moment est venu, c’est la fin du monde. Jésus lui-même ne savait ni le jour ni l’heure[3] ! Ce qui est sûr c’est que pour les âmes qui vivent dans la Divine Volonté paradoxalement, c’est un temps de grâce. C’est un temps privilégié pour mettre en pratique toutes les connaissances que Jésus nous révèle dans les écrits de Luisa Piccarreta, dans le Livre du Ciel.
C’est un temps d’épreuve, certes, et de grâce. Pour ces âmes, c’est une invitation à la confiance, à persévérer dans la décision de s’abandonner totalement à la Volonté de Dieu. Une invitation à ne pas se laisser gagner par la peur, par le virus de la peur. Nous devons croire que Jésus nous protège. C’est aussi un temps de mission, le moment de faire connaître « le prodige des prodiges », la vie dans la Divine Volonté. Nous devons aller vers les autres et leur dire combien la grâce de Dieu abonde tout particulièrement en ces temps. Plus qu’une aide humanitaire, qui est nécessaire et indispensable, il faut une aide spirituelle et toute divine. Être proche de nos frères physiquement bien sûr, même si c’est difficile en ces moments. Mais l’être de manière spirituelle et réelle, c’est possible. Je dirais de manière très réelle, à la manière même de Dieu. Dans la Divine Volonté nous sommes là où Dieu est, et nous agissons avec Lui et comme Lui, avec toute sa Puissance et son Amour !
Nous pouvons aller vers toutes les âmes avec Jésus pour les influencer divinement, demander pour elles le Règne de Dieu. Ce n’est pas la science ni les décisions politiques qui vont sauver nos âmes. Au contraire,  certaines décisions qui ne viennent pas de Dieu nous éloignent de la vérité de son Amour. La science sans la lumière de Dieu n’aboutit qu’à plus d’obscurité et d’orgueil.
Dans la vie dans la Divine Volonté, quel rapport avons-nous avec Dieu ?
Jésus parle de la parfaite unité avec Lui à Luisa[4]. L’âme dans la Divine Volonté est parfaitement unie à Dieu et ne veut que ce que Dieu veut, même s’il s’agit d’épreuves et de châtiments. Il faut comprendre que dans la Divine Volonté nous reproduisons la vie de Jésus, nous répétons sa vie. Notre vie devient essentiellement comme la vie de Jésus, une vie de réparation. Cela ne veut pas dire que nous allons souffrir physiquement. Nous allons vivre une crucifixion du cœur[5]. Dans la Divine Volonté nous vivons une complète et totale crucifixion de notre volonté humaine. Dans chacun de nos actes nous invitons la Divine Volonté à régner et à nous donner sa vie. Par l’attention et la prière continuelle[6] nous allons vivre dans un renoncement constant et tout faire pour nous unir avec foi et amour à la crucifixion de Jésus, tout vivre avec les intentions de Jésus, c’est cela une âme victime[7].
Cette épreuve est la Volonté de Dieu. Aujourd’hui comme dans les siècles passés, le message est actuel : nous faisons l’expérience de la punition de Dieu comme conséquence de notre comportement et nous pouvons découvrir combien Dieu continue de nous aimer également à travers les châtiments[8]. Pour nous, c’est une invitation non seulement à accepter cette épreuve mais à nous unir à la Volonté de Dieu en embrassant l’intention même du Seigneur qui permet cette épreuve.
Dieu ne châtie pas pour châtier. Dieu n’a pas le désir de nous faire du mal et de punir pour punir. Il ne cherche pas à se venger de quelque chose. Il n’est pas un juge qui condamne. Il châtie par amour comme disait le pape Benoît XVI et que nous citons ici[9] Il permet les épreuves au niveau personnel, comme au niveau des nations et du monde pour nous amener à la conversion. Il ne veut pas la mort du pécheur mais qu’il vive[10]. Ce qui compte pour Dieu ce sont nos âmes immortelles et créées à « son image et ressemblance »[11]. Même s’il doit parfois nous triturer c’est par amour, pour nous ramener à lui. Dans la Divine Volonté, en acceptant tout ce que Dieu permet pour le bien de ses enfants, pour leur salut[12], les âmes qui lui sont consacrées diminuent les fléaux et châtiments. Jésus enseigne cela à Luisa. En nous unissant à la Volonté de Dieu nous sommes une source de grâce pour le monde et l’humanité toute entière.

Comment aider concrètement les hommes dans ce temps d’épreuve ?

 
Prendre la décision de vivre dans la Divine Volonté, de commencer, même si c’est un chemin. Il faut plonger, par notre intention de vivre en Elle. Faire un plongeon dans la mer immense de sa Divine Volonté. L’heure est venue et ce que nous vivons est un appel pressant à ce changement. Ensuite, allons vers les autres. Unis à la Divine Volonté nous pouvons prendre toutes les souffrances de Jésus : tout son amour, son sang, ses plaies, et les porter à toute la famille humaine, à toutes les âmes, aux malades pour apaiser leurs douleurs, aux moribonds pour les aider à se mettre dans les mains de Dieu, pour faire sentir à tous la paix et l’Amour de Dieu. On peut visiter  tous ceux qui sont enfermés dans la colère et qui blasphèment, leur porter cette lumière de Jésus afin qu’ils comprennent que tout cela est un bien.
Nous avons l’idée que cela est terrible pour l’humanité et le monde actuel ! Oui, c’est vrai d’un point de vue humain. C’est même une catastrophe, un désastre à l’échelle planétaire comme bien d’autres d’ailleurs. Mais du point de vue divin, c’est pour un bien. C’est l’amour de Dieu qui nous visite. Il veut nous donner son pardon et sa miséricorde. Il veut que l’homme et le monde entier se repentent. Il veut que nous Lui demandions pardon pour les péchés si nombreux  et horribles que nous commettons aujourd’hui.
Nous ne comprenons pas que tout ce qui nous arrive est le résultat du péché qui prolifère de façon pire que le coronavirus. Les âmes dans la Divine Volonté sont appelées à réparer pour tout le mal que l’homme, séparé de Dieu, génère continuellement.
L’homme, pour satisfaire son corps, a oublié son âme. Maintenant Dieu touche son corps, sa chair[13] pour lui rappeler qu’il a une âme. Une âme immortelle et qui appartient à Dieu. Pour l’amour du monde, l’homme a oublié Dieu[14]. Dieu lui enlève maintenant les choses du monde pour qu’il se souvienne de Lui. Dieu permet une petite chose invisible pour nous mettre tous à genou, afin que lors de son retour il trouve la foi sur la terre et dans le cœur de ses enfants[15]. Nous sommes tous, par notre manque de foi, trop immergés dans la dimension humaine. Ce que nous vivons génère la peur. Le monde, dominé par la puissance du mauvais[16] veut nous maintenir dans la peur, la peur d’être malade, d’attraper le virus… Le virus de la peur !

Que faire confinés à la maison?

L’âme dans la Divine Volonté est toujours active. Chaque fois qu’elle le veut elle peut agir de manière divine. « Le triomphe de Dieu c’est la volonté humaine agissant dans la Divine Volonté » dit Jésus à Luisa. C’est plus que jamais le moment d’apprendre à faire des rondes dans la Création, dans la Rédemption ou et  dans la Sanctification.
Une amie disait : « J’ai assisté à la messe d’un prêtre qui célébrait dans la Divine Volonté ! »  Mais on n’assiste a une messe dans la Divine Volonté, c’est chacun qui agit. Tout simplement, agissez ! Chacun peut vivre la messe dans la Divine Volonté. Il n’y a pas de limites à notre créativité. Les rondes peuvent être illimitées et les bienfaits multipliés à l’infini. Jésus dit que sa Volonté est la source de tous les actes de sa vie. L’âme qui est dans la Divine Volonté a accès à cette source et peut prendre les actes de Jésus et les mettre en acte en elle.
Je peux donc entrer dans ce moment où Jésus a institué l’Eucharistie, il y a plus de 2000 ans au Cénacle. Étant présent, je peux recevoir l’Eucharistie des mains mêmes de Jésus, directement de Lui. C’est mon droit et c’est possible puisque j’ai la Divine Volonté en moi, source de cet acte. Ce n’est pas un acte physique, je ne le vois pas, mais un jour je verrai que par l’intention de vivre cet acte aujourd’hui, je me trouvais aussi là-bas à Jérusalem avec Jésus et ses amis.
Faisons de nos vies une messe, c’est-à-dire la répétition de la vie de Jésus.

En quoi, étant enfant de la Vierge Marie, et donc sous sa protection, nous n’avons rien à craindre ?

Dans le Livre du Ciel, Jésus dit que sa Mère nous marque de son signe comme le fit Dieu avec les enfants d’Israël, pour qu’ils ne soient pas touchés par les fléaux. Peut-être que le signe de la Vierge Marie fera que je ne tomberai pas malade, mais là n’est pas le problème. Si je tombe malade je vivrai la maladie dans la Divine Volonté, comme Volonté de Dieu et ce sera une source de grâce pour tous les malades de tous les temps. Si le virus me conduit à la mort je vais rendre grâce à Dieu et adorer sa Sainte Volonté. Je lui dirai : « Tu ne m’enlèves pas la vie Seigneur, je te la donne. » Je vivrai ce moment dans la Divine Volonté pour rejoindre tous ceux qui souffrent et réparer pour ceux qui meurent dans la révolte, le blasphème et pour ceux qui persistent dans l’endurcissement en s’opposant à la Volonté de Dieu.
Dans la Divine Volonté rien ne se perd, tout est gain[17]. Que Dieu me protège ou pas du virus, que je meure ou que je vive, c’est la même chose, l’important c’est de tout vivre dans la Divine Volonté.

Comment prier pour les âmes des défunts dans la Divine Volonté ?

Une personne demandait si on devait continuer à offrir des sacrifices et des prières, pour les défunts, des messes. Bien sûr tout est bon et plus encore si nous vivons dans la Divine Volonté. Saint François de Sales parle de ces suffrages dans ses écrits[18] et l’Église affirme et enseigne que l’on peut prier pour les fidèles défunts et que les prières et bonnes actions des vivants les soulagent beaucoup et leur sont très profitables, car beaucoup vont au purgatoire. Mais dans la Divine Volonté, plus que des prières et bonnes actions, on va donner aux âmes la Vie même de Jésus, les plaies de Jésus, son sang, tout son Amour et sa Vie. Dans la Divine Volonté on vit la Vie même de Dieu, de manière réelle et divine.
« Les actes faits dans ma Volonté investissent le Ciel et la terre et, s’ils ne peuvent trouver des âmes disposées à recevoir leurs biens ils se mettent en recherche, épiant les circonstances, les occasions et les désillusions de la vie, prêts à attirer les âmes, à les séduire et à leur donner les biens qu’ils possèdent. » Vol 35, 25 octobre 1937
[1] Jn 16, 12
[2] CEC 66
[3]  « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. 
Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vienne et les emporte tous : il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Alors, de deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé ; de deux femmes qui moudront à la meule, l’une sera prise et l’autre laissée. Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. » Mt 24, 36-42
[4] «Ma fille, l’union suprême a lieu quand l’âme arrive à une union tellement étroite avec ma Volonté qu’elle consume toute ombre de sa propre volonté, de telle sorte qu’on ne peut plus distinguer laquelle est ma Volonté et laquelle est sa volonté. Alors ma Volonté devient la vie de cette âme de sorte que peu importe ce dont je dispose pour elle, de même que pour les autres, elle en est satisfaite. Tout lui semble opportun : la mort, la vie, la croix, la pauvreté, etc. Elle considère toutes ces choses comme lui appartenant et servant à maintenir sa vie. Elle atteint un tel point que même les châtiments ne l’épouvantent pas : elle est remplie de la Divine Volonté en tout. Si je veux quelque chose, elle le veut aussi, et si elle veut quelque chose, je le lui accorde. Je fais ce qu’elle veut et elle fait ce que je veux. » (Vol 9, 1 novembre 1910)
[5] Ga 6, 14
[6] 1 Th 5, 17
[7] «  La première chose que je veux que tu mortifies c’est ta volonté, ce « moi » doit être détruit en toi, je veux que tu la gardes sacrifiée comme une victime en ma Présence, afin que ta volonté et la mienne n’en fassent plus qu’une. N’es-tu pas contente ? »  Livre 1.
[8] Benoît XVI, IV dimanche de carême, 26 mars 2006.
[9] Ibid.
[10] Ez 18, 32
[11] Gn 1, 26
[12] 1 Tim 2, 4
[13] Job 2, 5
[14] 1 Jn 2, 15
[15] Lc 18, 8
[16] 1 Jn 5, 19
[17] Rm 8, 28
[18] Œuvre complète, tome 2, sermons 72-80.