LA FAIBLESSE HUMAINE EST SI GRANDE... - Disciples Amoureux Missionnaires

La faiblesse humaine est si grande que souvent elle ne fait pas attention à mes grâces.

Courage ma fille tout cela servira au triomphe de ma volonté . SI je frappe c’est parce que je veux restaurer la santé. Mon amour est si grand que si je ne peux conquérir par la voie de l’amour et des grâces, je cherche à conquérir par la peur et la terreur. La faiblesse humaine est si grande que souvent elle ne fait pas attention à mes grâces. Elle est sourde à mes voix, elle rit de mon amour. Mais il suffit de toucher à sa peau, de lui enlever les choses nécessaires à sa vie naturelle pour faire tomber son arrogance. Elle se sent si humiliée qu’elle devient comme un chiffon et je peux faire d’elle ce que je veux, spécialement si sa volonté n’est pas perfide et obstinée. Il suffit d’un châtiment, qu’elle se voie au bord du sépulcre, et elle revient dans mes bras. Tu dois savoir que j’aime toujours mes enfants, mes créatures bien-aimées. Je donnerais mes entrailles pour qu’ils ne soient pas frappés, si bien que dans ces temps mortels à venir, je les ai remis entre les mains de ma céleste Maman. Je les lui ai confiés pour qu’elle les mette en sûreté sous son manteau. Je lui donnerai tous ceux qu’elle voudra, et la mort elle-même sera impuissante sur ceux qui seront sous la garde de ma Maman. Pendant qu’il disait cela mon doux Jésus m’a fait voir que la Reine souveraine descendait du ciel avec une indescriptible majesté, une tendresse toute maternelle et parcourait toutes les nations pour marquer ses chers enfants et ceux qui ne devaient pas être touchés par les fléaux. Les créatures que ma céleste Maman avait marquées, les fléaux n’avaient pas le pouvoir de les toucher. Mon doux Jésus a donné le droit à sa Maman de mettre en sûreté tous ceux qu’il lui plaisait. Comme il était émouvant de voir la céleste Impératrice parcourir toutes les parties du monde qu’elle prenait dans ses mains maternelles. Elle les rassemblait contre son sein, les cachait sous son manteau afin qu’aucun mal ne puisse toucher ceux que sa maternelle bonté plaçait sous sa protection, gardait et défendait. Oh ! si chacun pouvait voir avec quel amour et quelle tendresse la céleste Reine accomplissait cet office, tous pleureraient de consolation et aimeraient celle qui nous  aime temps.

Le livre du Ciel: le 6 juin 1935