L'homme mauvais oblige Dieu à le châtier - Disciples Amoureux Missionnaires
Le Livre du Ciel                
  Tome  2 – 14 mars 1899        Luisa Piccarreta .
Ce matin, en me transportant avec lui,
mon très doux Jésus m’a fait voir la multitude des péchés qui se commettent sur la terre.
Il m’est impossible de les décrire tellement ils sont horribles et nombreux.

Dans les airs, j’ai pu apercevoir une étoile énorme dont le centre contenait du feu noir et du sang. C’était tellement horrible à voir qu’il serait préférable de mourir
plutôt que de vivre en des temps aussi tristes. …
On apercevait aussi des gens fanatiques qui ne cessaient d’allumer des incendies.

Pendant que je regardais cela, mon aimable Jésus me dit tout affligé:
«As-tu vu comment ils m’offensent et ce que Je leur prépare?
 Je me retire de la terre des hommes
….
Ensuite, Jésus prit place dans mon cœur et se mit à sangloter en disant:
«ô homme, comme Je t’aime!

Si tu savais à quel point cela me chagrine d’avoir à te châtier!
Mais ma Justice m’y oblige.
Ô homme, ô homme, comme Je suis navré de ta destinée!»


Puis Il éclata en sanglots, répétant plusieurs fois ces mots.
Comment exprimer la pitié, la peur, le tourment qui envahit mon âme,
surtout en voyant Jésus tellement affligé.
J’ai essayé de lui cacher ma peine du mieux que j’ai pu
Pour le consoler, je lui ai dit:  «ô Seigneur, jamais tu ne châtieras l ‘homme comme cela!
Divin Époux, ne pleure pas.
Comme tu l’as déjà fait tant de fois, tu déverseras tes châtiments sur moi.
Tu me feras souffrir. Ainsi, ta Justice ne t’obligera pas à châtier ton peuple.»
Jésus continuait de pleurer et je lui répétai: «Écoute-moi un peu.
Ne m’as-tu pas placée dans ce lit afin que je sois victime pour les autres?
Peut-être n’aurais-je pas été prête à souffrir les fois précédentes
pour que tu épargnes tes créatures? Pourquoi ne veux-tu pas m’écouter maintenant?»
Malgré mes pauvres paroles, Jésus n’arrêtait pas de pleurer.
Alors, n’en pouvant plus, j’ai ouvert la digue de mes larmes moi aussi en disant:
«Seigneur, si tu as l’intention de châtier les hommes,
moi non plus je ne peux supporter de voir souffrir à ce point tes créatures.
Par conséquent, si tu veux vraiment leur envoyer des fléaux et
que mes péchés me rendent indigne de souffrir à leur place,
-je veux partir, je ne veux plus vivre sur cette terre.»
….
«Vois-tu à quel point les hommes sont devenus ingrats?
Ils m’obligent à les châtier. Je ne puis faire autrement.
Toi, ma chère fille, mon cher fils, après m’avoir vu tant souffrir,
puisses-tu porter les croix avec encore plus d’amour, et même avec délices