FÊTE DU BAPTÊME DU SEIGNEUR, année A - Disciples Amoureux Missionnaires

Évangile (Mt 3, 13-17)

Alors paraît Jésus. Il était venu de Galilée jusqu’au Jourdain auprès de Jean, pour être baptisé par lui. Jean voulait l’en empêcher et disait : « C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! » Mais Jésus lui répondit : « Laisse faire pour le moment, car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice. » Alors Jean le laisse faire. Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie. »

Commentaire du père Jean-Jacques:

 

«  C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi »
Jean s’étonne, comme Pierre le fera quand Jésus se mettra à genoux pour lui laver les pieds. (St Jean 13, 6). Jésus prend la première initiative en s’approchant de nous. « Moi, le Seigneur, je te saisis par la main et je te façonne… » (2ième lecture). Il nous entraîne et nous immerge avec lui dans sa divinité et nous serons « façonnés » et transformés pour partager avec lui « la joie du Père ».
« Laisse faire pour le moment »
Comme c’est difficile de se laisser faire. C’est pourtant Jésus lui-même qui le demande. Pour que s’accomplisse cette « véritable conversion », ce changement de vie, il faut laisser agir le Christ qui vient prendre notre condition humaine pour la purifier et lui rendre sa dignité originelle.
« Jésus veut se mettre à côté des pécheurs, devenant solidaire avec eux et exprimant la proximité de Dieu ». Benoît XVI
« Il remonta des eaux et voici que les cieux s’ouvrirent »
Depuis Adam, le Ciel était fermé (Gen 3,23) ; Il s’ouvre pour l’humanité et jamais plus il ne se fermera. L’homme sait où il va et désormais il peut s’appuyer sur la promesse du Père.  « Celui-ci est mon Fils ». C’est Lui et Lui seul qu’il faut écouter et suivre.
 
« Ravive aujourd’hui le don de ton baptême en te souvenant d’avoir été plongé, toi aussi, dans sa divinité et deviens transmetteur de foi et d’espérance.
 
                                                                                  
Père Jean-Jacques Duten