14ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE . Année : C  - Disciples Amoureux Missionnaires

Évangile (Lc 10, 1-12.17-20)

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore 72, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : ‘Le règne de Dieu s’est approché de vous.’ » Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites : ‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.’ Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville. » Les 72 disciples revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. » Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire. Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. »

Commentaire du père jean-Jacques:

 

                     

 

 

 

 

 

  « Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups »
 Le Christ est l’Agneau sans tache, et nous le rendons présent et visible partout où « il nous envoie ».
« Dites d’abord : « paix à cette maison ».
J’ai toujours gardé cette habitude de dire : « paix à cette maison » quand j’entre chez quelqu’un pour inviter « le prince de la paix », le Christ, et Lui laisser toute la place. Mais parce que nous n’y pensons pas, Le Christ est réduit à quelques moments seulement d’attention sans pouvoir rayonner de toute sa sainteté chez les hommes.
Si tu as la « paix dans ton cœur », elle jaillira « comme un fleuve et comme un torrent qui déborde » (1°lecture).  Et tous en profiteront.
« Sachez-le : le règne de Dieu est tout proche ».
Le règne de Dieu est là, dans ton cœur et dans ta vie. C’est un fait, et il te suffit de t’en souvenir pour faire venir sa présence. Mais il faut d’abord croire qu’Il est là et que son règne dépend de toi.
« Réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux ».
Ta vie est comptée, comme ce que tu fais chaque jour. Tes œuvres doivent devenir son œuvre. Nous sommes le plus grand bonheur de Dieu parce qu’il nous a créés dans cette ambiance de joie divine pour laquelle nous existons. Mais nous pouvons devenir « sa plus grande souffrance » quand nous ne correspondons plus avec Lui. Nous nous éloignons de sa sainteté qui est lumière et joie, et nous souffrons.
Aujourd’hui, revenons à notre Seigneur qui nous apporte son amour éternel.
                                                                  
Père Jean-Jacques Duten