LES 24H DE LA PASSION DU CHRIST-11ème HEURE - Disciples Amoureux Missionnaires

RÉVÉLATION DE LA PASSION À LUISA PICCARRETA

Chez Caïphe, Jésus accusé par de faux témoins-

Alors que j’étais dans mon état habituel, mon aimable Jésus vint brièvement et me dit:
«Ma fille, les créatures ne veulent pas céder, elles défient ma justice.
En con­séquence, ma justice se dresse contre elles.
Les offenses proviennent de gens de toutes les classes,
y compris de ceux qui s’appellent mes ministres.
Peut-être même plus d’eux que de bien d’autres.
Quel venin ils portent!
Ils empoisonnent ceux qui s’approchent d’eux!
Plutôt que de me déposer dans les âmes, ils s’y placent eux- mêmes.
Ils cherchent à être entourés, à se faire connaître et ils me mettent de côté.

«Par leurs contacts empoisonnés,
ils distraient les âmes plutôt que de les con­duire vers moi.
Ils les rendent dissipées plutôt que de les orienter vers les choses sérieuses.
Ainsi, celles qui n’ont pas de contact avec eux s’en tirent mieux.
Je ne puis me fier à eux.

Je suis contraint de permettre que les gens s’éloignent des églises et des sacrements afin que le contact avec ces ministres ne les éloignent pas davan­tage de moi.
Mon chagrin est grand.
Les blessures de mon Cœur sont profondes.
Prie et unis-toi aux bons qui restent.
Compatis à mon chagrin.» .       LDC-12- 4 septembre 1918

À partir de ces quelques bons prêtres, je rebâtirai mon  Église,
la sauvant de son agonie.
                                                                                              Jésus continua de me dire :
«Ma fille, en ces temps-ci,
l’Église est en train d’agoniser mais elle ne mourra pas!
Au contraire, elle va ressusciter encore plus belle.
Les bons prêtres luttent pour une vie plus dépouillée, plus sacrificielle et plus pure.
Les mauvais prêtres luttent pour une vie plus remplie d’intérêts personnels, plus confortables, plus sensuels et toute mondaine.
Je m’adresse aux quelques bons prêtres, même s’il n’y en a qu’un par village.
A ceux-ci
-je parle et
-je commande,
– je supplie et
-j’implore
qu’ils fassent ces Maisons de Rencontres,
-sauvant pour moi ces prêtres qui viendront à ces refuges,
-les rendant entièrement
libres de quelqu’ attache familiale que ce soit et
libres des intérêts.   LDC 10 – 28 janvier 1911