1er DIMANCHE DE L’AVENT. Année A  - Disciples Amoureux Missionnaires

Évangile (Mt 24, 37-44)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du Fils de l’homme. Alors deux hommes seront aux champs : l’un sera pris, l’autre laissé. Deux femmes seront au moulin en train de moudre : l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient. Comprenez-le bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »

Commentaire du père Jean-Jacques:

                                

                          « Les gens ne se sont doutés de rien jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis ».
Une nouvelle année est comme un nouveau départ. « C’est le moment » dit St Paul (2ème lecture). « Sa venue est proche » et nous risquons d’être surpris sans pouvoir nous préparer à sa venue ! « Allons à sa rencontre » (1ière lecture). Marchons et mettons-nous en mouvement vers Dieu.
« Veillez-donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient »
Dieu n’a pas souhaité nous renseigner sur le moment. Mais il nous prévient de sa venue et nous y prépare. « Sortons du sommeil » dit Saint Paul, car pour rester éveiller, Il faut nous revêtir des armes de la lumière et « rejeter les ténèbres ». Les ténèbres liées à une existence résignée et triste, collée à ce monde qui passe, et sans espérance de voir autre chose.
« C’est à l’heure où vous n’y pensez pas que le fils de l’homme viendra ».
L’ignorance et l’insouciance ont toujours menacé l’homme. L’Avent est un « moment » de changement et de conversion personnelle et communautaire.
Je souhaite que nous puissions passer « du Je au Nous » (Pape François), en nous accueillons plus fraternellement pour s’aider mutuellement à avancer « dans la lumière » du Christ qui veut rayonner sur notre Eglise.
   Père Jean-Jacques Duten